LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Entre Hollande et Valls, une idylle de circonstance

3 min

Entre Hollande et Valls, une idylle de circonstanceC'est une décoration toute symbolique que François Hollande va remettre à Manuel Valls, aujourd'hui :La Grand Croix de l'Ordre National du Mérite.

Entendons nous bien, ça n'a rien d'amical, Valls en devient titulaire, de droit, après 6 mois passé à Matignon. Mais quand même, la force de l'image est là. Et officiellement, tout va pour le mieux entre le président et son premier ministre. Apparemment ils déjeunent ensemble, chaque lundi, d'une côte de boeuf. Un rituel, comme peuvent le faire des personnes qui s'apprécient. Et entre l'Elysée et Matignon, pas un nuage. Ce que confirment d'ailleurs un grand nombre de ministres. "Valls … disent-ils … sait faire tourner la machine".

Pourtant, quelques signes laissent penser que tout n'est pas si rose au sommet de l'Etat Socialiste...Il y a eu ce coup de tabac sur les allocations chômage, il y a quelques jours. régime est déficitaire et il est légitime de s'interroger sur une éventuelle réforme disait Valls. Ca viendra en temps voulu, a rétorqué l'Elysée, autrement dit pas avant 2016. Fermez le ban, et circulez, y'a rien à voir!...Et puis il y a eu cette passe d'armes, en interne, comme le raconte Mediapart. Passe d'armes sur la présidence d'EDF. Valls avait apparemment décidé de garder Henri Proglio. C'était acté... avant qu'Hollande n'annonce, sans prévenir personne, qu'il était débarqué, et remplacé par Jean Bernard Levy. Le message est on ne peut plus clair. "Je décide, il exécute" comme aurait dit un certain Jacques Chirac...Mais au delà de ça. Il ne faut pas y voir qu'un simple rappel de la hiérarchie.Proglio était une figure de la droite, un chiraquien nommé patron d'EDF sous Sarkozy. Et François Hollande a besoin de donner des gages à la gauche s'il veut conserver un espoir de se représenter en 2017. L'éjection de Proglio, même s'il est timide, c'en est un. Même chose pour la réforme des allocations chômage. Lancer la machine serait presque un casus belli pour les syndicats et la gauche de la gauche. Or il a tout intérêt à ne pas aller trop loin, le président, s'il veut reconstruire un tant soit peu sa base électorale...Pour Manuel valls, c'est le contraire. 2017 n'est vraisemblablement pas son objectif, en tous cas pas prioritaire. Il est encore jeune, 52 ans, il a un peu de temps devant lui. Et il a tout intérêt à se démarquer, à prendre ses distances, pour ne pas que le président l'entraine trop vers le bas dans son impopularité. D'ailleurs, il commence à le faire. Une ministre disait hier : "vous savez, parfois, Valls remet à sa place François Hollande dans la gestion des affaires quotidiennes. Quand une réforme a été décidée, comme par exemple les professions réglementées, c'est lui qui gère à Matignon, ça n'est pas l'Elysée." Il marque son territoire. Il a également tout intérêt à pousser, plus avant encore, dans la ligne sociale libérale, à ruer dans les brancards, à proner la réforme tous azimuts. Si au bout du compte, il n'y a pas de résultat à la politique menée, il pourra toujours arguer qu'il a été bridé dans sa volonté réformatrice...Les deux hommes n'ont donc pas la même temporalité. Et encore moins la même stratégie pour continuer à exister. Alors s'ils sont sur la même ligne aujourd'hui, ils pourraient rapidement diverger. Et deux questions se posent : Valls ira-t-il jusqu'au bout du contrat avec François Hollande ? Et briguera-t-il l'investiture du PS pour 2017 si Hollande n'est pas en mesure de se représenter ?Pour avoir un début de réponse, il faudra guetter le déjeuner du lundi. S'il n'a plus lieu, c'est soit qu'il y a de l'eau dans le gaz, soit que la côte de boeuf aura brûlé. Dans les deux cas, ça sentira le roussi...

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......