LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Entre Valls-Macron et l'entreprise, c'est l'amour vache

2 min

"J'aime l'entreprise" . L'on se souvient du cri du coeur de Manuel Valls à l'Université d'été du Medef cet été.

  • "Si tu m'aimes prouve-le"* semble lui répondre l'entreprise jamais satisfaite par son partenaire pourtant bien fatigué et qui pensait avoir tant donné.

Ce mercredi, en effet, le Medef organise une assemblée générale de mobilisation après les manifestations de petits patrons lundi et pourtant, il y a eu les actes : l’assouplissement du compte pénibilité, la simplification et surtout plus de 40 milliards de remises entre le CICE et le pacte de responsabilité et la promesse que le crédit d'impôt serait pérennisé après 2017 par des allègements de cotisations.

Il y a eu les promesses et les rêves à voix haute : l’abaissement des seuils sociaux, la dégressivité des allocations chômage, la flexibilité des 35 heures…

Mais non, depuis, Pierre Gattaz a encore demandé l’abrogation de l’ISF et souhaité qu’il n’y ait plus besoin de justifier un licenciement?

Mardi matin sur Radio Classique Emmanuel Macron – ministre de l’Economie mais surtout inspirateur du pacte quand il était secrétaire général adjoint de l’Elysée – s’est donc fait violence en constatant "l’échec" du pacte de responsabilité tant les accords de branches censées instaurer les contreparties sont rares. Mardi après-midi à l’Assemblée, Manuel Valls a lui dénoncé les « provocations » du patronnat.

Valls et Macron fâchés avec les entreprises c’est nouveau mais voilà, la gauche du PS un peu en sommeil depuis quelques semaines se réveille : François Kalfon, secrétaire national du PS au Travail à l’Emploi et au dialogue social demande la conclusion rapide d’accords de branche. Le club Vive la gauche (émanation des frondeurs) félicite ironiquement Emmanuel Macron d'avoir pris conscience de l'inefficacité du pacte de responsabilité et lui demande du coup une autre politique.

Car les socialistes préparent déjà lecongrès de juin 2015 après des départementales qui et avant des régionales qui s’annoncent catastrophiques… Un ministre hollandais du premier cercle s’y prépare déjà : « ce que nous faisons sera payant économiquement, mais pas électoralement » pense-t-il.

Voilà donc Valls et Macron obligé d’élever la voix devant le patronnat, hé oui Pierre Gattaz est peut-être en train de réussir l’impossible en gauchisant les sociaux-libéraux ! Désormais entre Valls et Macron et l’entreprise c’est l’amour vache, iront-t-ils jusqu’à reprendre la bague de fiançailles, c'est-à-dire les 40 milliards d’allègements ? Iront-ils jusqu’à faire chambre à part et laisser l’exigeante maîtresse se jeter dans les bras de Nicolas Sarkozy ?

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......