LE DIRECT

François Bayrou : l'arme secrète de François Hollande, par Stephane Robert

3 min

François Hollande est en campagne pour sa réélection en 2017. Cça n'est un secret pour personne...

Il multiplie les déplacements. Presque un par jour en ce moment. Et il enchaine les annonces qui ressemblent fort à des promesses de campagne.

Au 1er janvier 2017, Hollande prévoit une revalorisation des salaires des fonctionnaires.

François Bayrou
François Bayrou Crédits : RF - Radio France

Toujours au 1er janvier 2017, dans la foulée de la généralisation de la complémentaire santé obligatoire l'année prochaine, il veut une généralisation de la complémentaire santé pour les retraités.

Et puis il veut mettre en place le prélèvement de l'impôt à la source, directement sur les fiches de paie. Ca c'est prévu pour 2018, après son éventuelle réélection.

Réélection qu'il croit possible malgré les abîmes dans lesquels s'est enfoncée sa popularité.

Car il y a une fenêtre de tir estime-t-il. Mais pour ça, il faut "aligner les planètes". Et ça commence par là. Par ces sortes de promesse qui ne disent pas leur nom pour tenter de reconquérir une partie de son électorat.

Il y a d'abord eu les impots supplémentaires et les réformes difficiles en début de quinquennat. Et maintenant c'est le temps de "la redistribution" comme il se plait à le dire.

Redistribution, au passage ... des "fruits de sa politique" dont on attend toujours qu'ils murissent. Mais "la reprise est là, ça va venir". Il en est persuadé. "Avant la fin du quinquennat". C'est ce qu'il martèle depuis des mois, croix de bois, croix de fer, si je mens, je vais en enfer"...

Mais ça ne suffira sans doute pas pour faire remonter suffisamment sa popularité et ouvrir suffisamment la fameuse fenêtre de tir. Pour ça, il lui faut un adversaire qu'il va pouvoir terrasser...

Le postulat, c'est qu'à priori Marine Le Pen sera au second tour de la présidentielle et qu'il n'aura pas trop de difficultés à s'imposer face à elle. C'est donc au premier tour que ça va se jouer. Et là, Hollande compte sur Nicolas Sarkozy.

C'est lui qu'il veut comme adversaire : Sarkozy, qui suscite toujours autant de rejet et d'exaspération dans l'opinion, notamment à gauche.

Il faut donc l'aider,dans la mesure du possible,pour qu'il remporte la primaire. En ce sens,le rapport rendu il y a deux jours qui préconise un âge maximum de 70 ans pour se présenter à une élection ressemble fort à une attaque contre Alain Juppé et à un petit coup de main donné à son meilleur ennemi : Nicolas Sarkozy.

Ensuite, si comme Hollande l'espère, Sarkozy est désigné, il compte sur François Bayrou pour se présenter afin d'affaiblir Sarkozy au 1er tour et lui passer devant in extrémis.

François Bayrou qui pour le moment soutient Alain Juppé. Mais qui se "sentira libre" (entendez "libre de se présenter") si jamais son champion est battu. C'est ce qu'il a déclaré à plusieurs reprises.

Car lui aussi, Bayrou, voit une fenêtre de tir dans cette affaire. Il voit que François Hollande, comme Nicolas Sarkozy et comme Marine Le Pen, suscitent tous les trois beaucoup plus de rejet dans l'opinion que d'adhésion.

Et il se dit que peut-être, cette fois ci, ça pourrait enfin passer...

A moins... A moins qu'encore une fois... Il se retrouve derrière les 2 premiers qualifiés pour le second tour. Et qu'il joue, bien malgré lui, le rôle d'arme anti-Sarkozy au bénéfice de François Hollande.

Nicolas Sarkozy, d'ailleurs, n'est pas dupe et voit bien le coup venir. C'est sans doute pour ça qu'il aurait récemment déclaré, selon le Canard Enchainé : "le bègue (surnom qu'il donne à Bayrou) le bègue, je vais le crever"...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......