LE DIRECT

Hollande, Valls : deux hommes, une possibilité

3 min

Après les tragédies que nous venons de vivre, l’on constate depuis 10 jours que l'esprit de la Vème République est de retour en ce qui concerne le fonctionnement de l'exécutif et la répartition des rôles entre le Président de la République et son Premier Ministre.

Nicolas Sarkozy et François Fillon puis François Hollande et Jean-Marc Ayrault avaient mis à mal ce tandem singulier qui n'existe nulle part ailleurs dans nos démocraties parlementaires. De 2007 à 2014, les deux présidents se sont finalement occupés de tout, et tout le temps, faisant du Premier ministre un vice-président, un super-directeur général ou un super-préfet, un "collaborateur" avait même dit Nicolas Sarkozy, très loin des articles 20 et 21 de la Constitution.

Dans l'esprit - sauf en période de cohabitation - le Président gère directement la diplomatie et la politique de Défense (le domaine réservé) et fixe le cap des politiques publiques que le Premier ministre met en oeuvre avec une certaine autonomie. Plusieurs fois depuis 1958 l'on a vu fonctionner harmonieusement ce couple (citons De Gaulle-Debré et De Gaulle-Pompidou, Mitterrand-Mauroy ou encore Chirac-Juppé) peu importe que les expériences se soient bien ou mal terminées, la logique institutionnelle était respectée et depuis 10 jours, donc, le couple exécutif fonctionne à la quasi-perfection. A François Hollande les grands discours de rassemblement, les hommages nationaux, la mobilisation internationale à Manuel Valls la mise en œuvre de la riposte sécuritaire et - espérons-le - éducative et sociale.

Cette répartition des rôles avait avait déjà été esquissée à propos de la politique économique, le père de la nation et le père fouettard : François Hollande qui exalte la fierté d'être français pense que les réformes vont payer et Manuel Valls dit que les efforts sont loin d'être terminés.

Dans les jours qui viennent, François Hollande doit se rendre à Auschwitz pour les 70 ans de la libération du camp, puis aux Philippines pour parler du réchauffement climatique alors que Manuel Valls aura forte affaire entre la loi Macron à l'Assemblée, la réforme territoriale au Sénat et bien sûr la lutte opérationnelle contre le fondamentalisme islamiste, même s’il a bien une visite prévue en Chine.

Ces deux derniers jours, Alain Juppé, Xavier Bertrand, Yves Jégo, Martine Aubry Cécile Duflot ont approuvé sans réserve la gestion de la crise par le couple exécutif, Hollande et Valls ont su apporter une réponse républicaine et institutionnelle à la barbarie et faire taire - provisoirement - les oppositions.

Nous en avons donc la confirmation : sous la Vème République, il y a deux hommes au sommet de l'Etat mais une seule possibilité pour qu'ils fonctionnent bien ensemble.

Il aura fallu des circonstances exceptionnelles pour revenir à ce qui n'aurait jamais dû cesser d'être la norme.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......