LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'hypocrisie du PS en matière de parité hommes-femmes

3 min

La sous-représentation des femmes dans les émissions politiques, dénoncée par quatre leaders du PS, est aussi le miroir de la sous-représentation des femmes dans les partis.

Aurélie Filippetti à l'université d'été du PS en 2014
Aurélie Filippetti à l'université d'été du PS en 2014 Crédits : Stéphane Mahé - Reuters

Quatre porte-parole du Parti Socialiste (deux femmes et deux hommes) regrettent la sous-représentation des femmes dans les émissions politiques. Selon ce texte intitulé Les femmes politiques peuvent aussi prendre la parole dans les media citant le ministère des affaires sociales, seulement 19% des invités des émissions politiques de télévision en 2014 étaient des femmes. Elles étaient 17% à la radio.

L’on peut regretter que l'ensemble des émissions politiques et parfois même les rédactions soient généralement plus âgées, plus masculines et moins métissées que la population de notre pays.

Mais le PS est-il le mieux placé pour formuler ces critiques ? Le président de la république, le premier ministre, le président de l'Assemblée Nationale, les présidents des groupes PS à l'Assemblée et au Sénat, le premier secrétaire du PS sont des hommes.

Certes, le gouvernement est paritaire mais aucune femme socialiste ne détient de ministère régalien (Christiane Taubira est radicale de gauche) idem à l'Economie, aux Finances et au Budget et au poste de porte-parole. Les femmes restent cantonnées aux ministères "sociétaux" : environnement, santé, culture, famille avec tout de même une exception : Najat Vallaud-Belkacem première femme nommée à l'Education nationale dans l'histoire de la République.

Pour les élections régionales du mois de décembre, huit têtes de liste PS sur treize ont déjà été désignées dont seulement une femme Carole Delga en Midi-Pyrenées-Languedoc-Roussillon. En Aquitaine-Limousin-Poitou-Charentes, en Nord-Picardie, en Normandie, en région Centre, en Alsace-Lorraine-Champagne-Ardenne, en Provence et en Pays de la Loire les têtes de liste socialistes sont des messieurs dont certains s'affranchissent même des statuts du PS pour briguer un quatrième mandat.

On pourrait encore continuer la liste en regardant qui sont les présidents socialistes de conseils départementaux mais la démonstration est là : il est plus facile de décréter la parité que de l'appliquer. Cela étant dit - et cette question se pose aussi pour les règles relatives au temps de parole des partis politiques - dans un paysage médiatique éclaté comme le nôtre fait de replays et de zapping (pardon pour les anglicismes) où l'écoute - comme le disent les professionnels du secteur - est délinéarisée faut-il encore appliquer des règles comptables, arithmétiques à une matière vivante et mouvante qu'est l'actualité ? Une minute d'homme égale-t-elle une minute de femme, une minute de droite égale-t-elle une minute de gauche ? Oui si l'on en croit le Parti Socialiste et sa vision d'une information administrée.

Il est regrettable de voir que le temps d'antenne accordé aux femmes dans les émissions politiques frôle à peine les 20% mais les medias sont aussi le reflet du monde politique.

Les journalistes sont perfectibles, les partis politiques aussi.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......