LE DIRECT

La nouvelle carte des régions et les imbéciles heureux qui sont nés quelque part

2 min

C'est vrai qu'ils sont plaisants tous ces petits villages,

Tous ces bourgs, ces hameaux, ces lieux-dits, ces cités,

Avec leurs châteaux forts, leurs églises, leurs plages,

Mais l'on se demande bien en quoi cette nouvelle carte pourrait les mettre à mal. C'est pourtant la crainte d'une dizaine d'élus alsaciens de droite qui ont manifesté hier dans l'Assemblée avec cette banderole "ne tuez pas l'Alsace" .

Selon leurs arguments, l'identité alsacienne risquerait de se dissoudre dans une grande région Alsace-Lorraine-Champagne-Ardennes et les élus alsaciens ont un projet de collectivité unique. Le co-président du groupe EELV François de Rugy a d’ailleurs repris ces éléments à son compte.

La collectivité unique ? Les Alsaciens eux-mêmes n'en ont pas voulu par référendum le 7 avril 2013 comme les Corse déjà 10 ans auparavant.

L'identité ? A cohabiter dans la même région que les Lorrains et les Champenois, les Alsaciens risquent-t-ils de voir leur langue, leur droit spécifique en matière de protection sociale ou de culte disparaître alors même que cela n'entre pas dans la compétence des futurs conseils régionaux ? Non.

Le secrétaire d'Etat André Vallini a demandé "vous pensez qu'avec une réforme administrative nous allons bafouer les identités ?" ... "Oui" ont répondu les élus. Mais à ce compte-là, l'on trouvera toujours plus identitaire pour affiner le découpage administratif.

Un strasbourgeois a-t-il la même identité qu'un habitant de colmar ? Où commence et où s'arrête une identité quand l'on peut se revendiquer de Mazargues avant même d'être marseillais, quand un ch'ti vous explique qu'un dunkerquois n'a rien à voir avec un lillois ou qu'il y a tant de différences entre la Chalosse et le Marensin pourtant situés dans le même département des Landes ?

A chercher l'identité la plus chimiquement pure et à calquer dessus le découpage du pays, chacun finira par se retrouver dans sa chacunière autogérée et égoïste. Attention au mille-feuilles et à cette idée sous-jacente et nauséabonde de préférence régionale.

Pour défendre l’identité de leurs régions, les élus locaux devraient plutôt être vigilants sur les choix architecturaux dans leurs territoires, lutter contre la spéculation immobilière, s'assurer que les grands projets ne dénaturent pas l'environnement ou que les financements existent pour promouvoir les langues régionales à l'école ou dans les media.

Voilà 5 mois que les parlementaires phosphorent sur le tracé et même pas sur les compétences de ces futures régions et ce n'est pas fini car il y aura sans doute une commission mixte paritaire le mois prochain.

Cela commence à devenir long et parfois l'on se dit

Que la vie serait belle en toutes circonstances,

Si vous n'aviez tiré du néant tous ces jobards,

Les imbéciles heureux qui sont nés quelque part,

La Ballade des gens qui sont nés quelque part (paroles et musique de Georges Brassens) sur l’album Fernande (1972)

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......