LE DIRECT

Le billet politique de Stéphane Robert

2 min

L'INQUIETANT RETOUR DE MARTINE AUBRY

Ca faisait deux ans et demi qu'elle était terrée dans sa tanière, à Lille. Deux ans et demi que Martine Aubry se refusait à tout commentaire sur la politique menée par François Hollande.

Elle avait un peu élevée la voix cet été, c'est vrai, critiquant la réforme territoriale qui prévoit de fusionner la région Nord Pas de Calais avec la Picardie, affirmant que si on abandonnait l'encadrement des loyers prévu par la loi Duflot, elle souhaitait, elle, l'appliquer dans sa ville. Mais tout ça concernait son territoire, son domaine de compétences. Rien à voir avec sa sortie médiatique intervenue hier... Une sortie intervenue en deux temps :Elle a donné une longue interview au Journal Du Dimanche. Et puis elle a publié, hier matin, sur internet, sa contribution aux Etats Généraux du PS décidé par Jean Christophe Cambadelis. Contribution dans laquelle elle s'épanche sur les choix politiques de l'actuel président. Et elle n'y va pas de main morte, Martine Aubry … La loi sur le travail le dimanche : une aberration. La politique de l'offre envers les entreprises menée sans discernement ne fait qu'augmenter les hauts salaires et la distribution des dividendes. Les seuils sociaux, pourquoi les supprimer ? bien sûr qu'ils sont utiles. Ils servent à associer les salariés à la vie de leur entreprise. Pour résumer, elle dit : "Rien ne va. On fait n'importe quoi. Il faut tout changer et il est grand temps!". Et au passage, elle définit SA ligne politique pour la gauche. Surtout pas le social-libéralisme des Manuel Valls et Emmanuel Macron. Ca n'est pas notre idéal dit-elle. Non, sa ligne, c'est une "nouvelle sociale démocratie" avec "un Etat stratège qui oriente et qui régule le marché". Il faut d'abord, selon elle, définir la société dans laquelle on veut vivre avant d'engager les politiques pour y arriver.Alors pourquoi c'est inquiétant, me direz-vous? Eh bien c'est inquiétant pour François Hollande. Déjà parce que les frondeurs du PS n'ont pas caché leur plaisir de voir Martine Aubry ainsi sortir du bois. Les Pouria Amirshahi, Emmanuel Maurel, Laurent Baumel se sont tous réjouis.Ca ne fera que les renforcer dans leur volonté de réorienter en interne la politique du gouvernement. Mais il n'y a pas qu'eux. Cécile Duflot également. Elle s'est fendue d'un petit commentaire sur tweeter : "il y a des dimanches plus sympas que d'autres" a-t-elle écrit. Qu'est-ce que ça veut dire ?Ca veut dire que Martine Aubry pourrait bien incarner le leader rassemblant sous sa bannière tous ceux qui veulent construire une alternative à gauche à la politique de François Hollande. Jusqu'ici on avait tout un tas de chefs de clans qui piaffaient dans leur coin sans vraiment réussir à s'entendre. (Cécile Duflot, Jean Luc Mélenchon, Arnaud Montebourg ou que sais-je ... Clémentine Autain...) Martine Aubry, c'est une autre histoire. N'oublions pas que c'est elle qui avait négocié l'accord de gouvernement avec les Verts. Et puis c'est inquiétant également parce que dans 2 semaines, nous serons à mi-mandat. Il restera à François Hollande autant de temps à passer à l'Elysée qu'il en a passé jusqu'ici. Et si Martine Aubry donne de la voix aujourd'hui, ça signifie que, selon elle, le quinquennat est d'ores et déjà fichu, que les élections cantonales et régionales vont être une nouvelle bérézzina, que François Hollande ne pourra pas se représenter, et donc, même si officiellement elle n'est candidate à rien, qu'il est peut être temps de poser des jalons pour construire une nouvelle majorité en vue des échéances de 2017. On savait que la course pour la présidentielle était déjà lancée à droite. Désormais elle démarre aussi à gauche. Et que Martine Aubry entre aujourd'hui dans la danse signifie qu'au parti socialiste, on commence à imaginer que pour survivre, il faudra se débarrasser de l'actuel président…

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......