LE DIRECT

Les Verts ne savent plus où ils habitent, par Stéphane Robert

3 min

Ils avaient pourtant trouver une maison qui leur semblaient accueillante. Pendant presque deux ans, ils ont été hébergés par la Maison Socialiste. Elle leur avait offert le gîte et le couvert : 2 ministères, des postes de parlementaires, un groupe à l'Assemblée, un groupe au Sénat.Et puis elle leur avait promis qu'on allait installer des éoliennes, à proximité, pour fournir l'électricité. Et que, peut-être, un jour, on pourrait débrancher les câbles de la centrale nucléaire qui amènent le courant depuis des dizaines d'années.Et qu'en attendant, eh bien on allait voter des lois de gauche. Parce que chez les écologistes, beaucoup de militants ne sont pas seulement écologistes, ils sont aussi de gauche.Mais au bout de deux ans, ils ont estimé que leurs amis socialistes n'installaient pas assez d'éoliennes. Et qu'en terme de lois de gauche, ça n'était pas tout à fait ça. Alors ils sont partis. Ils ont quitté la maison. Et depuis, ils ne savent plus vraiment où ils habitent et ils sont divisés sur ce qu'il faut faire.Vous avez d'un côté ceux qui aimeraient revenir : le sénateur Jean Vincent Placé et un certain nombre de députés derrière leurs chefs de file à l'Assemblée, François de Rugy et Barbara Pompilli.Et puis vous avez les autres qui pour l'instant suivent Cécile Duflot. C'est elle qui a décidé, il y a un an, de quitter le gouvernement. Et qui estime aujourd'hui qu'il est possible de construire une autre maison, concurrente de celle des socialistes. Une maison qui représenterait une force alternative à gauche. Et pour ça, elle s'est rapproché du Front de Gauche et de Jean Luc mélenchon... Le résultat de tout ça, c'est que pour les élections départementales, dans deux semaines maintenant, Vous avez un éparpillement des candidatures écologistes. Dans 45% des cas, les Verts se sont alliés avec le Front de Gauche. D'autres, 18% des candidats, ont préféré faire cause commune avec les socialistes. Et les plus téméraires, ils sont un peu plus de 30%, partent seuls à la bataille, sans personne. Les écolos, éparpillés façon puzzle dans la nature.Et ça ne semble pas devoir payer sur le plan électoral puisque les listes écologistes sont créditées de 2% d'intentions de vote, selon un récent sondage. "Tout ça pour ça" a récemment twitté le sénateur Jean Vincent Placé. (ensuite, il a supprimé son tweet, parce que ça commençait à grogner du côté des amis de Cécile Duflot ...)Alors ils sont en plein doute, les Verts... François Hollande aimerait bien les faire revenir pour reconstituer sa majorité. Seulement beaucoup d'écolos ont un ennemi chez les socialistes. Et le problème c'est qu'il est 1er ministre, c'est Manuel Valls. Alors que faire ?Certains s'agacent, comme l'eurodéputée, Karima Delli (qui était dans ce studio pas plus tard que la semaine dernière). Selon elle, il faut arrêter de "parler d'alliance avec les Socialistes ou avec le Front de gauche. Et se remettre à parler d'écologie". Et d'autres voix commencent à s'élever qui disent peu ou prou la même chose.Face à cette situation pour le moins embrouillée, revoilà celui qui incarne la statue du commandeur chez les écologistes : Daniel Cohn Bendit. Et il a LA solution !...Pour lui, déjà, il faut que les Verts arrêtent de dire qu'ils sont "de gauche". "On n'a pas besoin d'être de gauche pour être écologiste, explique-t-il, il faut se mettre au centre du jeu". Et pour ça, il propose une stratégie en vue de l'élection présidentielle en 2017. Il faut, selon lui, qu'un candidat écologiste participe à la primaire à gauche (qui estime-t-il ne manquera pas d'avoir lieu). Et puis il faut que ce même candidat écologiste participe également à la primaire... à droite !. L'idée étant de dire aux électeurs : "qu'on ait en 2017 un gouvernement de gauche ou un gouvernement de droite, voilà le programme que nous défendrons pour sauver la planète"...Et l'iconoclaste Dany d'ajouter que "le meilleur candidat pour battre marine le Pen en 2017, c'est Alain Juppé". Parce qu'il est le seul à pouvoir rassembler sur son nom une partie des voix de gauche...Alors pour l'instant, on n'a pas entendu beaucoup d'écologistes commenter cette proposition. Mais ils seront sans doute un certain nombre, dans les jours à venir, à se demander... où se trouvent leur maison...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......