LE DIRECT

Nathalie Kosciusko-Morizet reine d'Angleterre chez les Républicains

3 min

Finalement NKM reste vice-présidente de son parti. Alors que les rédactions et le siège des Républicains bruissaient de son éviction des instances, il n'en est rien. Elle demeure donc vice-présidente et numéro 2 du parti mais sans attributions ni sans missions précises. Une sorte de Reine d'Angleterre très visible et très identifiée mais sans aucun pouvoir.

Nicolas Sarkozy supportait de moins en moins les prises de position de la députée de l’Essonne sur le ni-ni face au FN ou sur la journée d'étude du parti consacrée à l'islam jeudi 4 juin. Mais il l'apprécie et lui reconnaît des talents et des capacités, elle l'énerve mais elle l'impressionne. Surtout, si la rupture avait eu lieu mardi, elle serait survenue trop tôt à encore 15 mois de la primaire et 22 mois de la présidentielle.

Samedi, le congrès des Républicains a confirmé l'ancrage très à droite de ses adhérents venus d'abord entendre parler d'identité, de laïcité, d'immigration, de travail, de mérite, d'effort et "d'assistanat"- l'on ne parle presque plus jamais "d'assistance" - les orateurs ne s'y sont pas trompés et ont assez peu parlé économie, croissance ou environnement.

Laurent Wauquiez, dépositaire de cette ligne "Buisson 2015" a été très applaudi et Nicolas Sarkozy s'est placé dans ce sillon assez à droite mais cela concerne le parti. Qu'en est-il des sympathisants plus modérés, de centre-droit, qui pourraient venir voter à la primaire puis à la présidentielle ? Nicolas Sarkozy a donné des gages à la frange la plus à droite de son électorat et débarquer NKM après ce congrès houleux aurait l'aurait rendu encore plus clivant.

Le risque était aussi grand de faire passer Nathalie Kosciusko-Morizet pour une victime et aurait rappelé certains précédents fâcheux pour Nicolas Sarkozy déjà brouillé avec Rachida Dati, Rama Yade et Chantal Jouanno qu'il avait pourtant encouragées et promues… Problème avec les jeunes femmes ou problème dans le choix de ses proches ? Dans les deux cas, cela aurait fait désordre pour un potentiel président de la République.

Voilà pourquoi NKM conserve un titre à défaut de conserver des fonctions mais à l'inverse de la Reine d'Angleterre, elle revendique une totale liberté de parole et ne s'interdit pas d'être candidate aux primaires. Cela serait plutôt une bonne nouvelle pour Nicolas Sarkozy car elle irait plutôt grignoter des voix à Alain Juppé ou Bruno Le Maire au premier tour.

En attendant, NKM conserve un œil sur la future métropole du Grand Paris. Mardi, les sénateurs ont voté un amendement dans le cadre de la réforme territoriale stipulant que les conseillers métropolitains ne seront pas élus au niveau de leur arrondissement mais au niveau du Conseil de Paris. Ca n'a l'air de rien mais cela permettra à Nathalie Kosciusko-Morizet, si elle le veut, de siéger à la métropole. Cela mieux pour elle car Reine d'Angleterre chez les Républicains, même avec le ministère de la parole, c'est un peu court quand l'on a des ambitions comme les siennes.

A droite NKM ne sera ni une Reine consort ni une Reine qu’on sort.

L'équipe
À venir dans ... secondes ...par......