LE DIRECT

C'est la guerre électorale !

3 min

Il avait vu le coup venir, François Hollande. En bon général, il a très vite perçu que les attaques du 13 novembre n'allaient pas déclencher qu'une seule bataille face à un seul adversaire...

Soldats pendant la ère guerre mondiale
Soldats pendant la ère guerre mondiale

130 morts, en plein Paris, avec des Jihadistes, ceintures d'explosifs sur le nombril et Kalachnikovs en bandoulières, on ne parlait plus, là, de loups solitaires mais d'agressions préparées, coordonnées, depuis l'étranger.Tout ça équivalait à une déclaration de guerre d'un proto-Etat en gestation tout là-bas au Moyen Orient. C'est la nation qui était en danger. On était donc "en guerre". Déclaration faite solennellement devant les parlementaires, réunis en congrès à Versailles, 3 jours après les attentats...Mais c'était une drôle de guerre qui s'annonçait là, avec plusieurs lignes de front...Là bas, en Irak et en Syrie.Ici, en France, avec des combattants infiltrés et d'autres idéologiquement recrutés sur place.Ce à quoi il fallait répondre avec, non seulement l'arsenal policier et militaire, mais aussi législatif... Le chef de l'Etat a donc mobilisé son porte-avions et ses avions face à la menace extérieure, en même temps qu'il brandissait l'état d'urgence face à la menace intérieure. Pour rassurer la population et se donner les moyens d'agir...Mais il y avait aussi une autre ligne de front qui s'annonçait déjà. Une ligne de front politique...A 3 semaines des élections régionales, il ne pouvait pas ne pas y avoir de conséquences électorales...Ca n'était pas comme en janvier avec Charlie Hebdo et l'Hyper Cacher. Déjà parce qu'en janvier, c'était des attaques ciblées. Et puis parce que les élections départementales avaient eu lieu deux mois et demi plus tard. L'émotion avait eu le temps de retomber...Là, 3 semaines, c'était beaucoup trop court...Et puis ça faisait déjà quelques mois que le Front National avait le vent en poupe avec tous ces migrants qui fuyaient les zones de combat...Dès lors, les perspectives de victoires du FN aux régionales n'étaient plus hypothétiques...Et ça, ça change tout.Ca change tous les plans de François Hollande, général en chef politique, en vue de sa réélection en 2017...Car si le Fn peut être utile, électoralement, pour affaiblir la droite et tenter de sauver les meubles, à partir du moment où il gagne, où il remporte une, deux, voire trois régions, ça devient contreproductif...Parce que ça fait exploser son adversaire de droite, le seul qui lui convienne pour le premier tour de la présidentielle, Nicolas Sarkozy... Si le FN gagne, Sarkozy n'apparait plus comme le candidat susceptible de faire barrage au FN. Ca n'est donc peut être pas lui qui serait désigné lors de la primaire en 2016. Or François Hollande a besoin de lui, comme adversaire. Car Sarkozy suscite encore et toujours tellement de ressentiment et de rejet à gauche qu'il peut permettre à Hollande de refaire l'unité de sa famille politique autour de lui...Dans ces conditions, attention danger. Il faut tout faire pour empêcher, au maximum, le FN de gagner...C'est vraisemblablement pourquoi il a décidé de trianguler, François Hollande. De reprendre un certain nombre de propositions sécuritaires à droite. Mais aussi à l'extrème droite, comme par exemple la déchéance de nationalité pour les français binationaux qui ont commis des actes terroristes, même ceux qui sont nés en France...Il s'agit là de grignotter de l'espace politique à Marine Le Pen, de calmer un tant soit peu tous ces français, en colère, qui s'apprêtent à voter Front National...Et pour bien montrer qu'il s'empare de cette mesure, il propose de l'inscrire dans la constitution... Qu'importe si la mesure existe déjà dans le code civil. Qu'importe si ça traumatise une partie de la gauche. Et on verra bien ce qu'en dira le Conseil d'Etat qui doit rendre ces conclusions dans 15 jours...L'essentiel est : Là, maintenant, tout de suite, que ça puisse contenir un peu, un tout petit peu, l'électorat frontiste. Car ce qui décide de l'issue d'une guerre, même politique, c'est bien souvent d'essentielles petites batailles stratégiques...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......