LE DIRECT

Faut-il fermer Europe Ecologie-Les Verts ?

2 min

On parle beaucoup, ce matin, dans l'actualité politique, de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim.Ou plutôt du possible, ou probable, report de la fermeture de cette centrale. "Quand Flamanville ouvrira" a laissé entendre Ségolène Royal, hier. C'est à dire, au mieux, en 2018...

Europe écologie les verts
Europe écologie les verts Crédits : Radio France

Et depuis hier soir, vous pouvez entendre les protestations outrées de toute la galaxie écologiste."Mais c'est pas possible!... mais enfin!... François Hollande l'avait promis!... lors de sa campagne, en 2011!... Et puis ça faisait partie du contrat signé à l'époque avec Europe Ecologie-Les Verts!..."C'est vrai.Seulement, depuis, les Verts ont rompu le contrat. Ils sont sortis du gouvernement...Et puis c'est un peu une arlésienne, le fait que François Hollande pourrait bien ne pas tenir cette promesse de campagne en particulier. Ca revient tous les ans, avec les mêmes cris d'orfraie... Or on sait que le président veut y aller doucement sur la transition énergétique. Tenir compte des enjeux économiques, du coût de cette transition, de l'indépendance énergétique de la France. Bref, si jamais le report de la fermeture de Fessenheim est confirmé, ce qui n'est pas encore le cas, ce ne sera pas vraiment une surprise...Et du coup, arrêtons-nous sur cette autre question, toute aussi importante, dont on parle beaucoup moins ce matin. Quel est l'avenir de cette filière, née presque en même temps que les centrales nucléaires en France, celle de l'écologie politique?...Il y a de quoi s'inquiéter, je vous assure !Déjà, chez Europe-Ecologie-Les-Verts, combien sont-ils?...5000, peut-être 6000 tout au plus.En tous cas, il y a eu une véritable hémorragie des militants ces deux dernières années. A tel point que le parti d'Emmanuelle Cosse et de Cécile Duflot cherche à vendre son siège parisien, baptisé "La Cholocaterie", pour faire face aux dettes qui s'accumulent...Et puis il n'y a pas que les militants qui s'en vont. Il y a aussi les élus. Jean Vincent Placé, François de Rugy ont claqué la porte, avec d'autres, il y a quelques jours. Pour fonder, on l'a appris hier soir, un autre parti qui s'appelle les "Ecologistes". Ca ne s'invente pas...Alors, vous me direz : "c'est un groupuscule?!"...Oui ! C'est vrai!...Et "sur les raisons qui ont conduit à cette scission, il y a peut-être autant l'ambition personnelle qu'un désaccord sur la stratégie d'alliance avec les socialistes?!"... C'est vrai aussi!...Mais c'est quand même bien la preuve que ça va mal chez les écolos. On assiste à une atomisation inquiétante.Atomisation qui témoigne du fait qu'ils ont un problème d'identité politique. Eh oui, chez eux aussi la question se pose !...Sont-ils avant tout... écologistes ? Sont-ils avant tout... de gauche?Ou bien sont-ils... un peu écologistes, un peu de gauche et prêts à faire des compromis pour faire avancer leur cause?Ou encore... sont-ils prêt à toutes les compromissions pour un titre de ministre, et tant pis pour l'écologie?Manifestement, il y un peu de tout ça et rien n'est tranché...En tous cas, il y a une question à laquelle on pourrait avoir une réponse assez rapide. C'est celle d'une candidature écologiste à l'élection présidentielle... Car il faut anticiper, quand on présente un candidat. Il faut faire 5% pour être remboursé. Ce que n'avait pas fait Eva Joly en 2012, c'est d'ailleurs une des raisons pour lesquelles les comptes des Verts sont aujourd'hui plombés...Or cette atomisation des écolos, et ses conséquences sur les finances du mouvement, laissent craindre, à un an et demi de l'échéance, que ce sera très compliqué...Et si ça se confirme, si au bout du compte il n'y a pas de candidature écolo en 2017, on se dira alors que les protestations sur Fessenheim auront été bien vaines.Et puis, ironie du sort, que l'écologie politique a été rattrapée par la réalité économique...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......