LE DIRECT

Faut-il libéraliser ou... libéraliser le droit du travail ?

3 min

Après la gauche, c'est la droite qui s'y colle...Après avoir tenu une première journée thématique il y a 15 jours sur l'immigration, le Parti "Les Républicains" organise, ce matin, une deuxième journée thématique, sur le code du travail...

Code du travail. Pixel. Prud'hommes
Code du travail. Pixel. Prud'hommes Crédits : Kotoyamagami - Fotolia

Et il y a un point de départ sur lequel la gauche de gouvernement et l'opposition de droite semblent à peu près du même avis : Le droit du travail, en France, est trop touffu, trop complexe. Il faut le modifier, le simplifier, bref, en faire quelque chose qui ne satisfasse pas que Gérard Filoche et la CGT. Et la première question posée, c'est : Quid du temps de travail ? faut-il maintenir, oui ou non, une durée légale à 35 heures ?...Alors à droite pour commencer. Chacun y va de sa petite musique. Mais globalement, tout le monde propose de les supprimer. Ca n'est plus tenable. On ne l'a pas fait en 2012 ? On a eu tort, on aurait dû !Le plus libéral dans cette affaire, c'est François Fillon. Il propose d'inscrire la France dans le cadre minimum légal de ce que propose l'Union Européenne. 48 heures de travail hébdomadaire par semaine. Et pour le reste, on négocie, entreprise par entreprise, en fonction des besoins...Libéral également : Xavier Bertrand. Qui veut lui aussi abandonner tout cadre de référence. Mais ça ne doit pas se faire "au détriment des salariés". Il préconise des "contreparties"...Alain Juppé est plus modéré. Il veut revenir à une durée légale de 39 heures. "Sans perte de pouvoir d'achat". Ceux "qui défendent l'abandon d'une durée de référence" préconise purement et simplement "la suppression des heures supplémentaires", dit-il, "il faut assumer"...Modéré également : Bruno Le Maire. Qui ne sait pas encore si le seuil de déclenchement des heures supplémentaires doit être fixé par la loi ou laissé à la négociation...Et au milieu de tout ça, Nicolas Sarkozy essaie de faire une synthèse. Supprimer les 35 heures, oui, mais une entreprise qui veut y rester doit pouvoir le faire. D'un autre côté, on va "les inciter à en sortir par des allègements de cotisation sociales, jusqu'à 39 heures". Il y a quand même "une condition", précise-t-il. Un salarié ne doit "pas travailler plus pour gagner moins". Bah oui, il ne va pas dire le contraire de son slogan de campagne de 2007. Alors comment fait-on ? Eh bien, c'est simple, on remet tout... à la négociation... A gauche maintenant. Hormis Gérard Filoche et la CGT. On parle là de la gauche de gouvernement. Que dit-on ?Pour l'instant, rien n'est inscrit dans le marbre, un projet de loi est en préparation. Il sera présenté au printemps...Mais globalement, dans le discours en tout cas, en dehors d'Emmanuel Macron, c'est l'inverse de ce que dit la droite. Les 35h, c'est Martine Aubry, c'est Lionel Jospin. Une des grandes conquêtes de la gauche. Pas touche ! Ca reste la durée légale du travail en France...Seulement, si l'on s'en tient à ce que préconise le rapport Combrexelle, commandé par le gouvernement, et sur la base duquel doit être élaboré le projet de loi, on ouvre la boîte de Pandore.On pourrait négocier, dit ce rapport, au sein des entreprises, à partir de quel moment s'enclenche le paiement des heures supplémentaires. 37ème, 38ème, 39ème heure...La gauche et la droite, grosso modo, disent la même chose sur cette question : "Il faut s'en remettre aux négociations au sein des entreprises". Et la clef est là, on sait bien qu'il y a un rapport de subordination des salariés à la direction. Et que, quelque soit la véhémence des syndicats, ça ne peut conduire qu'à un assouplissement des régles en vigueur...Alors je ne dis pas qu'il ne faut pas le faire. C'est peut-être la solution pour faire face aux bouleversements qu'engendre la mondialisation. Mais au moins il faut le dire !Dire qu'en la matière, la gauche et la droite sont à peu près d'accord pour libéraliser le droit du travail...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......