LE DIRECT

La rediabolisation du Front National

3 min

"Marine Le Pen et le Front National ne sont pas ce qu'ils disent". Les deux quotidiens régionaux "La Voix du Nord" et "Nord Eclair" récidivent, ce matin, dans leur offensive contre une victoire du FN à l'élection régionale en Nord-Pas-de-Calais - Picardie...

Une voix du Nord - FN
Une voix du Nord - FN Crédits : France Bleu - Radio France

Hier, déjà, ce titre à la UNE de la Voix du Nord, "Pourquoi une victoire du FN nous inquiète", a résonné comme un coup de tonnerre dans le ciel politico-médiatique régional. A l'intérieur, dans une double page, les articles de 6 journalistes détaillaient en quoi le FN est un parti à deux visages. Qui veut supprimer les financements en direction de plusieurs associations, notamment culturelles. Qui fait de la rétention d'information vis à vis du journaliste en poste à Hénin Baumont, ville conquise par le Front National aux dernières municipales. Qui n'a pas les compétences pour gérer une grande collectivité comme la région élargie Nord-Pas-de-Calais - Picardie...Bref, résumait le rédacteur en chef, Jean Michel Bretonnier, dans son éditorial, "le FN s'inscrit dans le jeu démocratique sans renoncer à sa radicalité". Et celui-ci de rappeler que son quotidien, la Voix du Nord, a été fondé "pendant la résistance" au nazisme. Et que dans ses conditions, il n'est pas porteur "des mêmes valeurs"...Cette prise de position, cet engagement, extrèmement rare pour des quotidiens régionaux, toujours très prudents vis à vis de leur lectorat, a dans un premier temps provoqué la colère de Marine Le Pen...Elle a dénoncé un "tract pour le Parti Socialiste". Promettant de supprimer, si elle est élue, les subventions régionales au quotidien (qui au passage n'existent pas ou pas vraiment). Avant de quelque peu tempérer cet emportement, lors d'un meeting de campagne au Grand Palais de Lille, hier soir. Elle a expliqué qu'elle mettrait en place "une gestion équitable" à la région, en cas de victoire. Et qu'il n'y aurait pas de "chasse aux sorcières"...Alors qu'est-ce que nous dit cette passe d'armes entre le grand quotidien régional du Nord et la présidente du FN ? Eh bien que la dédiabolisation du Front National est loin d'être achevée...C'était d'ailleurs, déjà, tout le sens de la mise en garde d'une des grandes figures du patronat nordiste, Bruno Bonduelle, début novembre, contre "le repli sur soi". Si le FN passe, expliquait-il, la région va faire "peur aux investisseurs étrangers". Et ça, ce serait catastrophique en terme d'emplois...Le patron du Medef, Pierre Gattaz, ne dit pas autre chose, ce matin, dans une interview au journal Le Parisien...Le Front National reste donc, malgré tout, quoiqu'il en dise, un "diable" politique. Un épouvantail. Un croquemitaine. "Attention, si t'es pas sage, le FN va venir te manger"...Il faut dire aussi qu'il joue sur les ambiguités... De nombreux candidats ont prévenus que, s'ils étaient élus, ils supprimeraient les subventions aux associations considérées comme politiquement engagées. C'est cet argument que Marion Maréchal Le Pen a avancé pour promettre, en PACA, la suppression des subventions au planning familial.Plus globalement, le Front National considère qu'il y a deux catégories de population. Dont une, les français dits "de souche", doit avoir plus de droits que l'autre qui ne l'est pas, "de souche"...D'ailleurs, Le compagnon de Marine Le Pen, Louis Aliot, avait prévenu : "la dédiabolisation ne concerne que l'antisémitisme"...Et son fonds de commerce reste la peur de l'immigré. On pourrait même dire la peur de l'étranger en général. Et en particulier de l'Europe et de la mondialisation, ce qui, depuis quelques mois, avec les vagues de migrants qui affluent vers l'Europe, est plutôt porteur sur le plan électoral...C'est pour tout celà qu'il reste un "diable", un danger pour la République aux yeux d'une grande partie de la population...Alors, ce n'est pas forcément très gênant pour des élections intermédiaires comme les régionales où l'on attend une forte abstention et, à la fois, une forte mobilisation de l'électorat frontiste. Ce serait beaucoup plus compliqué (en tout cas à l'heure actuelle) avec un scrutin national comme la présidentielle où la participation est toujours beaucoup plus élevée...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......