LE DIRECT

Le grand désarroi politique

3 min

"Mais qu'est-ce que ça va bien pouvoir donner ?". La question, lancinante, s'infiltre et taraude les esprits au fil des jours qui passent...

Le Cri, d’Edvard Munch (1893)
Le Cri, d’Edvard Munch (1893)

La gauche radicale et les écologistes s'interrogent. "Euuuuuuuh, finalement ce sera peut être moins bon que prévu... Ah... Bon... Alors on fait quoi ?... Bah rien, on continue à distribuer des tracts... Et on attend. Qu'est-ce que vous voulez qu'on fasse ?!... "Et le plus surprenant, à quelques jours du 1er tour des élections régionales, c'est que ce doute, ces interrogations, plane, et s'énoncent dans chacune des chapelles de l'échiquier politique...Alors officiellement, évidemment, devant micros et caméras, tout le monde se montre confiant... Le PS dit espérer un sursaut de son électorat. "Vous allez voir. La participation sera plus importante que prévu"... Chez "Les Républicains", on minimise ce que semblent dire de nombreuses enquêtes d'opinion sur la progression des intentions de vote en faveur de l'extrème droite. "C'est faux. C'est des conneries tout ça. On sera en mesure de l'emporter dans de nombreuses régions. Vous allez voir..."Et au FN, on anticipe des résultats beaucoup plus favorables que ce qu'on imaginait au départ. "Ce ne sera pas seulement une région, mais deux, trois, peut-être même quatre, allez savoir"...Mais une fois que le petit bouton rouge de votre appareil d'enregistrement s'éteint et une fois que vous avez garanti à votre interlocuteur qu'il ne sera pas nommément cité, les discours changent du tout au tout..."C'est incroyable, dit-on, à gauche. On n'est même pas sûr de garder l'Aquitaine avec le Limousin et Poitou Charentes. Même Le Drian, en Bretagne, commence à perdre du terrain." Et en Ile de France, dans l'entourage de Claude Bartolone, on n'est pas loin de la panique. "Oui, ça va être difficile, explique un membre de son équipe de campagne. C'est dingue ! Dans la rue, sur les marchés, les gens nous disent qu'ils veulent virer les étranger et rétablir la peine de mort"...A droite, c'est avec le même regard incrédule qu'on fait ce constat inquiétant : "oui, effectivement, contrairement à ce qu'on pouvait imaginer, c'est loin d'être gagné en Bourgogne Franche Comté, en Rhone Alpes Auvergne et même en Normandie où la gauche, finalement, pourrait s'imposer. Tout dépendra de la hauteur du score du candidat FN"...Et pour ce qui concerne le Front National, justement, c'est la même incertitude. On ne sait pas. "Ce qui est sûr, vous dit-on, c'est qu'on sera très haut dans de nombreuses régions. Notamment en Nord-Pas-de-Calais Picardie et en Provence-Alpes-Côte-d'Azur. Mais est-ce qu'on va gagner ? Oui, peut-être. A priori. On verra..."Ces doutes, ces interrogations, ces incertitudes sont dûes au fait qu'on a, avec ce scrutin, un rééquilibrage des forces politiques, avec potentiellement la réalisation concrète du tripartisme. Un tiers, un tiers, un tiers. La gauche, la droite et l'extrème droite apparaissent dans un rapport de forces à peu près équivalent sur pratiquement l'ensemble du territoire...Et du coup, toutes les frontières sont abolies. Tous les repères sont balayés. Plus personne ne sait où il habite. Jusqu'aux électeurs dont beaucoup ne savent pas dans quelle région ils votent. Pas plus qu'ils ne savent qu'il y a un premier tour dans quatre jours. "Ah bon ?! déjà ?!"...C'est qu'ils n'en font pas un monde de ce scrutin. Et de fait, ça ne va pas changer grand chose dans leur quotidien. La réforme territoriale, au bout du compte, n'est une révolution ni en terme de compétences, ni en terme de moyens, pour les régions...Dans ces conditions, on peut se demander pourquoi, politiquement, ça provoque autant d'émoi ?Eh bien, parce que ces élections régionales sont l'amorce, les préludes, presque "le premier tour" de la présidentielle en 2017.Et que selon les résultats, on aura une idée de qui peut espérer l'emporter ou pas. Mieux encore, de qui peut légitimement espérer être candidat (ça, c'est principalement vrai à droite)...C'est pourquoi, malgré une probable forte abstention, ces élections pourraient se révéler être un séisme majeur dans la vie politique française...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......