LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les risques de la surenchère sécuritaire

3 min

Alors qu'on est à 12 jours, maintenant, du premier tour des élections régionales, nos responsables politiques semblent considérer qu'il n'y a plus qu'une seule question qui vaille pour les français, une seule préoccupation dans leur esprit : leur sécurité...

PC sécurité
PC sécurité Crédits : @commons

Et ils semblent estimer que leur rôle, en tant que candidats, à l'approche de cette échéance électorale, est d'y répondre dans une surenchère sécuritaire."Qu'est-ce qu'on n'a pas encore imaginer ? A quoi est-ce qu'on n'a pas encore penser pour répondre à cette aspiration sécuritaire née du traumatisme causé par les attentats du 13 novembre dernier ?"...Au départ, tout est parti de la réponse très ferme de François Hollande et du gouvernement. Avec, dans le cadre de la prolongation de l'Etat d'urgence pour une durée de trois mois, toute une batterie de mesures empruntée aux propositions de la droite et de l'extrème droite...La possibilité d'interdire toute manifestation pour des raisons de sécurité, de dissoudre des associations si l'on estime qu'elles sont dangereuses, d'assigner à résidence des personnes si l'on a de sérieuses présomptions qu'elles représentent une menace. La possibilité également d'armer les policiers municipaux en puisant dans les stocks de la police nationale...Bref, autant de mesures qui, il y a quelques semaines encore, aurait glacé le sang de toute personne revendiquant un attachement à la défense des libertés publiques...Mais ce virage sécuritaire a été enterriné par la droite et aussi par une très large majorité de la gauche. Six députés seulement ont voté contre la prolongation de l'Etat d'urgence en l'état, la semaine dernière, à l'Assemblée. Et aucun sénateur...Cette situation a pour effet de priver la droite d'une partie de son discours. Et par là même de sa spécificité, de son identité en quelque sorte. Et du coup, elle se livre à la surenchère...Laurent Wauquiez veut des portiques de détection et des caméras de vidéosurveillance dans les lycées. Nathalie Kosciusko Morizet a réclamé, hier soir, l'armement des agents municipaux de la ville de Paris. Le parti "Les Républicains" vient, lui, d'inaugurer un "observatoire" des mesures décidées par le gouvernement "pour vérifier, expliquent ces initiateurs, ce qui est réellement mis en oeuvre et ce qui ne l'est pas"... Tandis qu'à l'extrème droite, on n'en rajoute pas. On se laisse porter estimant que tout ça, finalement, valide, dans l'opinion, le diagnostic et les solutions qu'elle préconise depuis des années...Alors, au delà des stratégies et des calculs électoraux qui apparaissent immanquablement dans un certain nombre de prises de positions, il faut bien voir que, dans cette affaire, le citoyen est politiquement pris en otage...Au prétexte qu'il est une victime potentielle et qu'il faut assurer sa sécurité à tout prix, on en fait également un criminel, un terroriste potentiel qu'il faut surveiller pour vérifier qu'il n'est pas en train de se convertir ou de se radicaliser...Chacun d'entre nous, finalement, en est réduit à être potentiellement observé, fiché, catégorisé. ("Ah tiens... celui-là a fréquenté des sites islamistes... ah oui... mais il est journaliste... Sûr ?... sûr..." ouf... j'ai eu chaud...)Il faut bien voir que toutes ces mesures qu'on met en place, fait remarquer le philosophe italien, Giorgio Agamben, on les importe de la prison dans l'espace public. Et qu'en faisant celà, on détruit l'espace public...Or l'espace public est ce lieu au sein duquel un homme, en tant qu'être social, peut s'investir, s'engager, militer. Bref, au sein duquel l'homme peut potentiellement devenir un citoyen et faire vivre la démocratie...Alors certes, les récents attentats commandent que la société se défende face à la menace terroriste et jihadiste. Mais il faut prendre garde à ce que cette surenchère sécuritaire reste, dans les faits et dans l'esprit de ses initiateurs, exceptionelle et temporaire...Parce qu'en plus de nos vies, c'est là notre citoyenneté et notre vision d'une société démocratique qui est menacée...

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......