LE DIRECT

Où est passée la gauche radicale ?

3 min

Mais?! A la Courneuve! au Nord de Paris!Vous savez que c'est aujourd'hui le début de la 80ème édition de la Fête de l'Humanité organisée par le Parti Communiste. Et vous pourrez y rencontrer les représentants de toutes les tendances que compte la gauche radicale, en France...

 Meeting/Manif du Front de Gauche, Place de la Bastille, 18/03/12, (2)
Meeting/Manif du Front de Gauche, Place de la Bastille, 18/03/12, (2) Crédits : Michel-Ange Vinti - Radio France

Et tout ce petit monde va se retrouver, durant 3 jours, pour boire des bières et manger des chichis, en se posant, encore une fois, cette lancinante question :"Mais quand est-ce que donc on verra l'émergence d'un Podemos ou d'un Syriza, en France? Bon sang de bon soir! Mais c'est pas possible! Comment se fait-il donc que la mayonnaise ne prenne pas?!!!..."En dehors du fait que la mayonnaise avec les chichis, je vous conseille d'éviter, eh bien oui, posons-nous la question : "Comment se fait-il que malgré la crise qui perdure, malgré un taux de chômage qui bat des records, la gauche radicale et antilibérale reste groupusculaire en France, et ne suscite qu'indifférence ou légère compassion dans une très grande majorité de l'opinion?..."Déjà, partons du constat que cette gauche radicale est politiquement extrèmement divisée... Vous avez les Communistes, le Parti de Gauche de Jean Luc Mélenchon, Ensemble de Clémentine Autain. Dans la même galaxie, vous pouvez inclure un certain nombre d'écologistes, quelques socialistes frondeurs qui refusent de quitter leur parti. Et puis à l'autre bout de l'échiquier, on trouve tout un tas de petites formations trotskistes, Lutte Ouvrière, le NPA, le POI (Parti Ouvrier Indépendant)...Et pas un n'est capable de s'entendre avec les autres, à l'image d'un Jean Luc mélenchon régulièrement prêt à en découdre avec le patron des Communistes, Pierre Laurent.Difficile, évidemment, dans ces conditions, de créer un mouvement fédérateur qui puisse convaincre l'opinion...Mais les raisons, il faut aussi les chercher dans l'histoire politique française...L'histoire récente déjà. 2002. Le 21 avril 2002. L'élimination de Lionel Jospin au 1er tour de la présidentielle, à cause de la dispersion des votes, a été un véritable traumatisme à gauche. Traumatisme qui n'a pas encore été digéré...Ensuite, 2005. Le référendum sur la Constitution Européenne. La gauche radicale s'est fortement mobilisée pour le Non. Mais elle n'était pas la seule. Il y avait aussi l'extrème droite. Et aujourd'hui, contrairement à l'extrème droite, elle n'a toujours pas tranché cette question : "Faut-il oui ou non rester dans les institutions européennes?". Pour certains c'est non. Pour d'autres c'est oui, mais en en modifiant l'orientation politique. "Ah oui. Mais alors pour ça, il faut participer à l'exercice du pouvoir. Ah... Bon... Et donc il faut faire des alliances?... Oui... mais avec qui?... Et donc il faut faire des compromis?!... ah oui, mais lààààààà, non..."Bref. La question reste sans réponse. C'est la cacophonie...Mais il est bien là, le problème. Sur cette question de la participation, de l'exercice du pouvoir.Dans l'Europe de l'Ouest, c'est en France (et en Italie) que les Communistes ont été les plus forts.On y a beaucoup cru aux communistes. A tel point qu'on a imaginé qu'ils puissent accéder au pouvoir. (C'est d'ailleurs pour ça que l'article 4 de la constitution sur les partis politiques est anti-communiste. Mais ça c'est une autre histoire, je vous en parlerai un autre jour...)Et quand on a découvert les dérives du système soviétique, le communisme français (et dans son sillage l'ensemble de la gauche radicale) a entamé son lent déclin...Et elle est peut-être là l'explication principale. Dans l'imaginaire politique des français, l'idée d'une gauche radicale au pouvoir fait partie de ce qui n'a pas marché et qu'il faut oublier...En Grèce et en Espagne, c'est différent. Les forces politiques qui ont été au pouvoir, jusqu'à un avenir récent, c'est le franquisme, c'est le régime des colonels. Bref, c'est l'extrème droite. Et c'est pour ça que là bas, ce sont des forces d'extrème gauche qui cristallisent la contestation. Ce qui du coup a très peu de chances d'arriver en France avant longtemps... Je vois que vous êtes un peu dépité, Guillaume. C'est pas grave. Il nous reste la Fête de l'Huma. Ca commence aujourd'hui. On va boire une bière et manger un chichi?...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......