LE DIRECT

Que reste-t-il de la conférence de presse de François Hollande ?

3 min

Que reste-t-il de cette conférence de presse de François Hollande, hier? Beaucoup de questions restent sans réponse...

François Hollande à l'Elysée, le 7 avril 2015.
François Hollande à l'Elysée, le 7 avril 2015. Crédits : Philippe Wojazer - Reuters

C'est dû, en partie, à la forme de l'exercice. En France, les conférences de presse présidentielles ont un parfum surrané d'ancien régime. Où le décorum, l'étiquette, le protocole ont une importance capitale.Sous les ors de la salle des fêtes de l'Elysée, le président parle. Les journalistes autorisés ont le droit de lui poser UNE question. Et s'il n'y répond pas ou s'il n'y répond que partiellement, il n'est pas dans l'usage de lui reposer la question ou de lui demander une précision. On passe à autre chose. Ce qui n'aide évidemment pas à la clarification...Ce qui nous donne, sur le fond maintenant, quelques déclarations du président qui laissent assez dubitatif... Sur la question des migrants pour commencer, François Hollande nous annonce, en apparence, un tournant majeur. Puisqu'il enterrine le principe de "quotas" pour l'accueil de réfugiés. La France en accueillera 24 000 sur les deux années qui viennent.Ca représente 20% de 120 000 réfugiés, chiffre déterminé par la commission européenne. C'est assez surprenant quand on sait que 350 000 réfugiés ont déjà franchi les frontières de l'Union depuis le début de l'année. Alors qu'est-ce qu'on fait des autres?Et puis qu'est-ce qu'on fait des réfugiés qui ne manqueront pas d'arriver dans les mois à venir? Sont-il éligibles au "mécanisme permanent et obligatoire" défini par le chef de l'Etat? on n'a pas vraiment de réponse... Tout comme on a peu de réponse sur une autre décision majeure annoncée par le chef de l'Etat : des frappes aériennes en Syrie. Quand? Combien? Qu'est-ce que ça va changer? A priori pas grand chose au regard du peu d'effet de l'intervention américaine en cours depuis un an. Dans ces conditions, pourquoi y va-t-on? on a du mal à comprendre...Mêmes interrogations sur le plan de la politique intérieure. Les baisses d'impôts? Elles vont se poursuivre, promet François Hollande. Plus de 8 millions de foyers vont bénéficier en 2016 d'une décôte de leur impôt sur le revenu pour un montant de 2 milliards d'euros...Comment est-ce que c'est financé? Par "des économies", nous dit le président. Seulement on les trouve où ces économies? Surtout qu'on sait qu'il faut déjà trouver près de 15 milliards d'euros, l'an prochain, pour réduire les déficits publics. A quoi il faut ajouter 1 milliard d'euros supplémentaires pour soutenir les collectivités locales (mesure annoncée par Manuel Valls à la fin du mois d'août).Et si l'on prend en compte cet autre milliard que la France va devoir verser à la Russie pour rembourser les navires "Mistral" qu'elle ne lui a pas livrés, on s'y perd...Où donc François Hollande va-t-il trouver tous ces milliards? peut-être a-t-il évoqué la question avec Michel Sapin. Mais pour nous, ça reste un mystère...Tout comme on ne voit pas bien comment il veut faire évoluer le code du travail tout en maintenant les 35 heures. Favoriser les accords de branche, les négociations en entreprise. Oui, bon, d'accord, mais encore?...Quant à l'inversion de la courbe du chômage, il faut qu'elle soit suffisamment crédible et durable, a-t-il encore une fois répété hier, pour qu'il puisse envisager de se représenter. Seulement, pour le moment, avec 1% de croissance prévu cette année, les conditions ne sont pas réunies...Bref. Pourquoi François Hollande a-t-il réuni 200 journalistes, hier, à l'Elysée? Pour leur dire quoi?Ah oui! qu'il fait des choix!. C'est son nouveau mantra, sa nouvelle anaphore. Il fait des choix "pour la France, pour l'Europe, pour le Monde, et sans tenir compte des sondages" s'il vous plait!. Mais quels choix précisément? Et pour faire quoi? C'est là qu'est le hic, c'est là qu'est le flou.Et Martine Aubry nous avait prévenu, juste avant la primaire socialiste en 2011. Avec François Hollande, "quand il y a un flou, c'est qu'il y a un loup"...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......