LE DIRECT

Une République pas si exemplaire que ça

3 min

C'est des rangs de la droite qu'est venu l'exemple au lendemain des élections régionales. De Xaxier Bertrand, plus précisément, vainqueur en Nord Pas de Calais Picardie face à Marine Le Pen...

François Hollande
François Hollande Crédits : @commons

Il va démissionner de ses mandats de député et de maire de Saint Quentin. Et il ne se présentera pas à la primaire, à droite, pour la désignation du candidat à l'élection présidentielle... Je vais me consacrer à la région "à 100%", a-t-il expliqué, lundi soir, sur le plateau de France 2. Ce qui, depuis, a été salué par de nombreux médias, le journal La Croix lui consacre encore son éditorial ce matin...Et c'est un peu surprenant car au bout du compte, ce que va faire Xavier Bertrand, c'est, ni plus ni moins, que respecter la promesse faite aux électeurs devant lesquels il s'est présenté, à savoir qu'il va exercer le mandat pour lequel il a été élu. Alors c'est bien, certes, mais c'est bien le moins...Et c'est justement pourquoi, il convient de s'interroger sur le fait qu'on salue, aujourd'hui, un comportement qu'on devrait, à priori, considérer comme naturel de la part d'un responsable politique... dans une république prétendument démocratique...Et on doit d'autant plus s'interroger que la "République exemplaire", c'était l'un des engagements de campagne de François Hollande... en 2012. Et c'était l'une des promesses qu'il avait mise en avant, lors du débat d'entre-deux tours, face à Nicolas Sarkozy, au cours de sa fameuse tirade rythmée par l'anaphore "moi président" : "Je ferai en sorte, avait dit le candidat Hollande, que mon comportement soit, en chaque instant, exemplaire". Promesse que, jusqu'ici, on lui créditait grosso modo d'avoir à peu près respecté...Bon, il y avait bien eu la nomination, pour service rendu, cet été, du député François Brottes, à la tête de RTE, Réseau de Transport d'Electricité. Et ça pour un salaire de plus de 20 000 euros par mois. Et en faisant en sorte que son transfuge ne déclenche pas d'élection législative partielle...Mais en dehors de ça, Cahuzac avait été débarqué, Thomas Thevenoud, exfiltré du gouvernement quelques jours après sa nomination, et Hollande avait fait voter des lois sur la transparence de la vie publique ainsi que sur le non-cumul des mandats.Bref, sur ce point de l'exemplarité, on pouvait difficilement lui reprocher de ne pas, au minimum, faire l'effort d'essayer de respecter son engagement...Mais depuis quelques temps, la "République Exemplaire" semble avoir pris du plomb dans l'aile...Jean Yves Le Drian va pouvoir rester ministre malgré son élection à la tête de la région Bretagne. Claude Bartolone retrouve le perchoir à l'Assemblée. Ccomme si rien ne s'était passé. Comme s'il n'avait pas été battu par Valérie Pécresse après l'avoir injustement accusé de défendre "la race blanche". Alain Rousset, élu à la tête de l'Aquitaine Limousin Poitou Charentes, n'a pas l'intention de rendre son tablier de député. Pas plus que Carole Delga qui va prendre la direction de Midi Pyrénées Languedoc Roussillon. Eh oui, le non-cumul des mandats n'est obligatoire qu'à partir de 2017...Mais il n'y a pas qu'à gauche, la droite n'est pas en reste...Laurent Wauquiez, élu en Rhone Alpes Auvergne, a bien l'intention de rester député. Tout comme Bruno Retailleau, qui va diriger les Pays de la Loire, ne rendra pas tout de suite son mandat de sénateur. Quant au Front National, qui prétend donner des leçons à tout le monde en la matière, ça ne le gêne absolument pas que David Rachline et Stéphane Ravier restent maires de leurs communes tout en siégeant au Sénat... Bref. L'exemple donné par Xavier bertrand relève beaucoup plus de l'exception que la règle...Mais que voulez-vous.A leur décharge, tous ces élus cumulards, qui n'ont aucunement l'intention de céder la place, sont plutôt à bonne école si l'on regarde du côté des différents leaders de leurs familles politiques respectives...Que ce soit François Hollande, Nicolas Sarkozy ou Marine le Pen, malgré ce constat que tous les trois, au fil des enquêtes d'opinion, suscitent le rejet de plus de 70% de la population, ils n'en ont pas moins la ferme intention de briguer l'adhésion de plus de la moitié des français à la prochaine élection présidentielle. Cherchez l'erreur...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......