LE DIRECT

Une victoire de la droite en trompe-l'oeil

3 min

Finalement, c'est la droite qui remporte ces élections régionales. La droite qui décroche 7 régions sur 13, dont la plus importante, l'Ile de France, gagnée sur le fil par Valérie Pécresse face au président de l'Assemblée Nationale, Claude Bartolone..."Inespéré", s'enthousiasmaient certains, hier soir, chez "Les Républicains". "Ca aurait pu être une bérézina. Et finalement, on gagne !"...

Trompe l'oeil - Escaping Criticism by Pere Borrell del Caso, 1874
Trompe l'oeil - Escaping Criticism by Pere Borrell del Caso, 1874

Mais ça, c'est sur le papier.Car Nicolas Sarkozy, lui, n'a pas fait dans le triomphalisme. Au contraire, il a eu la victoire modeste. En appelant, d'un côté, à l'unité de sa famille politique avec les centristes. Et d'un autre côté, en rappelant à tout le monde que le regain de mobilisation pour faire battre le FN ne doit pas faire oublier les avertissements du premier tour...Comme Alain Juppé qui a estimé hier soir qu'un débat sur la ligne du parti était vain, Nicolas Sarkozy a sans doute compris que ces résultats n'étaient pas bon pour la droite dite "républicaine". Pas bon du tout en vue de la présidentielle, en 2017.Car si l'on regarde en détail, on s'aperçoit que ni la ligne "dure" (la ligne Sarkozy d'une droite décomplexée qui fleurte avec les thématiques de l'extrème droite), ni la ligne centriste (incarnée par Alain Juppé) ne l'a emportée...Le seul à l'avoir emporté, hier soir, sur une ligne "dure", c'est Laurent Wauquiez en Rhone Alpes Auvergne. Mais ça n'est pas un triomphe. A peine 41% contre 37 à son adversaire de gauche. Et ça, c'est, en partie, parce qu'il a bénéficié du report des voix d'un certain nombre d'électeurs FN du premier tour. Il y a eu, là, comme dans un certain nombre d'autres régions, une sorte de vote utile, à droite, pour faire battre la gauche.Cette frange d'électeurs là, bien évidemment, n'est pas fidèle. Et préfèrera sans doute, dans la perspective d'un 1er tour d'élection présidentielle, l'original à la copie...Les candidats les plus centristes, non plus, n'ont pas gagné hier soir. L'UDI François Sauvadet en Bourgogne Franche Comté : battu. L'autre UDI Philippe Vigier, dans le Centre Val de Loire, a lui aussi été battu.Il n'y a qu'Hervé Morin qui s'est imposé pour les Centristes en Normandie. Et encore c'est d'extrème justesse : 36,4% contre 36,1 à son adversaire socialiste. Ca s'est joué à 4752 voix, autant dire à rien du tout...A celà, il faut ajouter que dans les 3 régions où le FN menaçait de l'emporter, Nord Pas de Calais Picardie, Alsace Lorraine Champagne Ardennes et Provence Alpes Cote d'Azur, certes, ce sont des candidats de droite qui s'imposent, mais gràce à de nombreuses voix de gauche au nom du front républicain. Xavier bertrand dans le Nord, comme Christian Estrosi en PACA, les ont d'ailleurs chaleureusement remerciés, hier soir...Si la droite, donc, l'emporte au bout du compte, c'est, d'un côté, gràce à des voix frontistes. Et de l'autre avec des renforts venus de la gauche...Si on ajoute à celà le fait que la gauche "socialiste"; contrairement aux municipales et aux départementales, a finalement sauvé les meubles en remportant 5 régions, et que ça s'est joué à très peu de chose en Ile de France et en Normandie, on peut dresser ce constat que la stratégie de François Hollande et Manuel Valls a globalement fonctionné.Et que le clivage, la ligne de fracture, qui se dessine en vue de la présidentielle en 2017, c'est "pour" ou "contre" le Front National...Or, sur cette question là, c'est la gauche qui mobilise son électorat, pas la droite. La droite, elle, est partagée entre deux camps qui se déchirent sur la question d'une digue qu'il faudrait maintenir ou qu'il faudrait détruire...Les résultats d'hier soir sont donc une mauvaise nouvelle pour la droite. Car ils ont confirmé qu'elle est prise en étau entre un bloc de gauche qui pourrait se regrouper autour du PS, et le FN qui a encore progressé en nombre de voix :6 millions 800 000 à l'occasion de ce second tour, record battu...Et pour qu'elle sorte de cet entonnoir, il faudra désormais autre chose qu'un simple débat sur la ligne du parti face au Front National...

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......