LE DIRECT

Bayrou 4 : le retour

2 min

Les centristes sont de grands rêveurs. A l'heure où le pouvoir socialiste se perd en polémiques, où l'UMP court derrière son Tea party , et où le Front national compte bien tirer les marrons du feu, François Bayrou et Jean-Louis Borloo espèrent empocher la mise. Problème : avant de mettre tout le monde d'accord il faudra qu'ils s'accordent entre eux... Depuis presque cinquante ans le centre est un fantasme et une réalité. Un fantasme parce qu'il se délite en permanence, mais une réalité parce qu'il ne cesse de se reconstituer. Il est là, en plein milieu comme il se doit, et puis il disparait, soit qu'il ait des éclipses, comme un Borloo, soit que son allié traditionnel, la droite, l'ait digéré comme un Morin, soit que ses désirs d'indépendance l'aient désossé comme un Bayrou. Et pourtant cette fois les centristes en sont sûrs : c’est le moment. Dès le lendemain de la présidentielle, Yves Jégo théorisait un scénario qui parait se vérifier. D'un côté un PS désorienté, et de l'autre une UMP réduite à un ancien RPR sous l'emprise de son aile dure, et de plus en plus fascinée par la dynastie Le Pen. Cette droitisation créerait un pôle d'où se détacherait le centre, lequel deviendrait un recours non seulement pour les électeurs de la droite modérée mais aussi pour les orphelins de la gauche égarée. Le problème de cet enchaînement théorique c'est qu'il est conforme à la dynamique des fluides mais pas au mode de scrutin, qui contraint à des alliances. Quoi qu'il arrive, et d'abord aux municipales, le centre, même reconstitué, devra soit trouver des partenaires soit passer à la trappe.

Où ira-t-il? L'UDI de Borloo n'envisage pas d'autre associée que l’UMP, mais le Modem, même réduit à presque rien, revendique l'Indépendance, et n'écarte pas de rester localement allié avec des élus PS. A terme, même s'ils parviennent à un accord, Borloo et Bayrou buteront sur cette divergence. Borloo a pour lui d'avoir des élus, mais contre lui d’être hésitant. Bayrou a pour lui d’être opiniâtre, mais pour faiblesse de n'avoir pas de troupes. Ainsi l'UDI a-t-elle besoin d'une tête, et le Modem est-t-il en manque de jambes La logique de la Cinquième République étant celle du Chef, François Bayrou se met à rêver d’une quatrième campagne présidentielle avec un programme en cinq points.

1) S’allier à Jean-Louis Borloo

2) Avaler son allié

3) Recréer une UDF qui ne serait plus un appoint mais un moteur

4) Se qualifier au second tour de 2017, en profitant du rejet de la gauche flottante et de la droite trop à droite.

5) Déclencher le big-bang institutionnel qui en finirait avec la malédiction centriste. A la question fatale depuis un demi-siècle ("Centriste, dis-moi qui sont tes alliés" ? ) Bayrou Président pourrait enfin livrer la réponse qui lui sert de boussole : "moi-même".

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......