LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Cahuzac, épisode 2 : les muets donnent de la voix

2 min

C’est fou ce que le monde change. En une semaine il a subi une extraordinaire métamorphose. L’homme qui aurait quitté la France il y a dix jours, et y serait revenu ce matin n’en croirait ni ses yeux ni ses oreilles. Il y a trois semaines un journal en ligne, complètement isolé, parlait d’une histoire de compte en Suisse et personne ne voulait le croire. Pire encore, c’est lui qu’on soupçonnait de dire n’importe quoi. Et voilà qu’une nouveauté s’affiche partout : tout le monde savait !

Oui, tout le monde !

D’ailleurs, les scoops se multiplient dans les canards déchaînés, l’un parle de quinze millions d’Euros et non plus six cent mille sur les comptes de M. Cahuzac, l’autre d’informations fournies au président de la République dès le mois de décembre, un troisième d’une fausse déclaration faite à un banquier suisse.

Tout le monde savait, les médias, les politiques, et en même temps tout le monde découvre la réalité avec angoisse et dégoût. Et plus personne ne tolère les conflits d’intérêt même ceux qui cumulaient, il y a quatre ans encore, les fonctions d’avocat d’affaire et de patron d’un groupe majoritaire tout en se baignant dans la piscine d’un homme d’affaire sulfureux. Ils ont les yeux ouverts depuis cinq jours, et la conscience drapée de lin blanc et de probité candide, et ils se demandent en chœur comment on a pu tolérer un pareil dérapage.

D’ailleurs face à ce choc universel, ressenti par les commentateurs et les élus politiques, le flegme relatif des Français étonne. Les députés s’attendaient à se faire lapider sur les marchés, et ils ont été interpellés, presque paciquement. Bien sûr, cette histoire choque la France en profondeur, bien sûr, le pays la condamne, mais c’est d’abord sur le chômage et la précarité que les élus sont attendus.

Ce qui frappe avec l’affaire Cahuzac c’est le décalage entre la panique ou la frénésie qui s’est emparée monde politique, lequel paraît découvrir la profondeur de la crise morale dans laquelle il se débat, et l’espèce de fatalisme qui prospère dans l’opinion. D’un côté, les politiques sont stupéfaits, et de l’autre une bonne part des français hausserait presque les épaules devant ce qui leur apparaît, à tort ou à raison, comme une vieille habitude.

Pour être bouleversés par l’affaire Cahuzac, il aurait fallu que les Français aient confiance en leurs hommes politiques. Ce n’est plus le cas depuis longtemps.

Ainsi les politiques, effarés, se disent qu’ils sont entrés dans une période de crise majeure, mais les français, presque blasés, ont le sentiment d’y barboter depuis trente ans, sans que rien ne change.

Si cette affaire pouvait remettre à la même heure la pendule des élus et l’horloge des électeurs, elle serait un mal pour un bien.

Pour l’instant, malheureusement, le tic tac est plutôt celui d’un détonateur, que d’un réveil matin…

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......