LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Chômage : comme un effet Poulidor

2 min

Et soudain, vers 18 heures, un effet Poulidor est tombé sur la France. On l’avait tant annoncé, ce record de 1997, tant disséqué, tant analysé, tant illustré par avance, on se demandait si le trois millions cent-quatre-vingt-quinze mille cinq-cent-unième chômeur, l’homme ou la femme du record absolu, ne serait pas célébré à la télévision, comme une star. Et puis une forme de déception a gagné les commentaires, comme après le match France Espagne.

La hausse est là, elle est tragique, mais pas la performance annoncée depuis deux mois. Pour le record il faudra attendre un peu mais que les déçus se rassurent, ça viendra le mois prochain.

Cette manière Guiness-book de parler du cancer qui démolit la société française, et la société européenne, cette façon de se délecter d’avance d’une statistique quand on est dans l’opposition, d’en avoir peur quand on est la majorité, exprime à elle seule le décrochage absolu entre le pays tel qu’il se vit, et le pays tel qu’il se dit.

Sur les soixante derniers mois, le chômage a augmenté cinquante deux fois depuis trente cinq ans il n’a cessé de progresser, il est chronique, il a précarisé le travail, semé la misère, et la peur d’y tomber, il est devenu un phénomène continental, il a battu en brèche toutes les rodomontades, mais nous en sommes à baliser le désastre de statistiques sportives, et de commentaires automatiques, l’un, Villepin, se battait sur la crête des trois millions, comme si le chômage avait une crête, l’autre, Sarkozy, qu’il le vaincrait avec les dents, comme s’il était comestible, le dernier, Hollande, qu’il inverserait la courbe, comme si le malheur était graphique, tandis que Jean-Marc Ayrault annonce la mobilisation sur le mode militaire, en créant deux mille postes à pôle emploi…

Et chaque mois le même discours. Côté pouvoir, on vous annonce des « ralentissements de l’accélération », en créant des emplois aidés. Côté opposition, la perte des élections, après dix ans de gouvernement, a permis de trouver la formule magique. L’UMP exige rituellement la baisse des impôts, l’assouplissement du code du travail, la remise en cause des trente cinq heures, la flexibilité, bref tout ce qu’elle a déjà fait, et qui n’a pas marché, mais qui se mettrait à fonctionner parce qu’on le ferait plus massivement…

Un sentiment de fiction, en écoutant les discours, et un sentiment de réel, et d’écrasement, dans la vie quotidienne. Entre les deux, l’espace d’un immense problème. D’une absence politique. Le plus grave n’est peut-être pas que les pouvoirs politiques français n’arrivent à endiguer le chômage, mais qu’ils paraissent à côté de la plaque. Le record, il est battu depuis longtemps, nous ne sommes pas à trois millions mais beaucoup plus Et le mal n’est pas spécialement français. Il est européen. Vingt-cinq millions de chômeurs. Et là, problème majeur…

Il n’y a pas de pilote dans l’avion...

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......