LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Concours de cons au pied d'un mur

3 min

Ce n’est plus un mur, c’est un dîner, que dis-je un banquet, dont les convives rejoueraient la fameuse blague : « joue pas au con, sinon tu vas trouver ton maître ». Entre la sottise des responsables du local du Syndicat de la magistrature, et l’hystérie verbale qu’elle a déclenchée, difficile de choisir.

Commençons par le mur. Comment un syndicat important a-t-il pu s’imaginer, même si son local est un lieu privé, que ses « blagues de potache », comme il dit, ne sortiraient pas un jour ou l’autre sur la place publique.

Et comment peut-il s’indigner que des images volées atterrissent sur un journal numérique proche de la droite, le site Atlantico ? Et alors ? Est-ce que les enregistrements pirates du majordome de Mme Bettencourt n’ont pas été publiés par le site Mediapart ? Ce mur est donc une sottise impardonnable, un manque de retenue. « Un homme ça s’empêche » disait le père d’Albert Camus, un magistrat encore plus, même dans son local syndical.

Cela dit, un homme ou une femme politique doit aussi « s’empêcher », et quel déferlement, quels raccourcis, quels mélange dans la bouche de bon nombre de hauts responsables de la droite.

« Manquement grave au principe d’impartialité de la justice » écrit Christian Jacob dans une lettre au président de la république. « Découverte stupéfiante » selon Thierry Mariani. « Atteinte grave à l’indépendance de la magistrature », demande de démission de Christiane Taubira.

Depuis qu’elle est dans l’opposition, la droite a décidément l’air d’une carmélite fraîchement sortie du couvent. Elle a découvert, par exemple, le mois dernier, que quand il y a une manifestation, la police donne des chiffres moins élevés que celui des organisateurs, quelle horreur !

Et maintenant ses yeux s’ouvrent sur les syndicats. Elle aperçoit ces drôles de trucs et ne comprend pas qu’un syndicat ce n’est pas pareil que l’institution à laquelle il est rattaché. Si un syndicat de la RATP avait fabriqué un mur des cons l’opposition aurait-elle demandé la démission du ministre des transports ?

On dira que dans le cas présent il s’agit de magistrats. C’est vrai. Mais faut-il révéler la vérité toute nue à l’UMP, elle est tellement sensible... Oui, il arrive, dans tous les secteurs, que les syndicats aient une sensibilité politique. Le syndicat de la magistrature est de gauche. Ne le dites pas trop fort, c’est tellement nouveau. Dans la police également. Mais là il y a des syndicats plutôt à droite. Ne dites pas à Jean-François Copé que son ami Bruno Becchiza faisait partie de l’un d’eux, il en ferait une maladie. Et les grands syndicats agricoles, ils sont plutôt rangés à droite ! Cachez le à Christian Jacob, il a été président du Centre National des Jeunes agriculteurs.

Il y a décidément des vérités difficiles à supporter, et notamment celle-ci. Le mur des cons c’est vraiment con, mais ce n’est pas parce qu’on s’y trouve qu’il faut mériter d’y être.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Journaliste
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......