LE DIRECT

Europe : le déclin d'Angela Merkel

2 min

A lire les réactions d'après sommet, l'Europe aurait franchi un cap déterminant grâce à l'action conjuguée de François Hollande, Mario Monti, et Mariano Rajoy, dont la pression conjointe aurait fait reculer Angela Merkel.

L'événement se résumerait ainsi à un affrontement de personnes, et de cet affrontement aurait surgi une nouvelle réalité, saluée par les marchés...

Comme si les politiques créaient de toute pièce les grands courants qui agitent ou fracturent les sociétés, comme s'ils inventaient les vagues et ne les surfaient pas. Comme s'ils pouvaient échapper à cette loi de l'action politique : Quand on prend une vague montante, on va loin, quand on s'appuie sur une descendante, on finit par boire la tasse

L'atout de François Hollande n'est pas d'avoir sorti de sa poche l'idée de faire de la croissance, parce qu'il trouvait ça joli et qu'il fallait bien se démarquer de Nicolas Sarkozy. Et la faiblesse d'Angela Merkel n'est pas d'avoir fait face à la France, l'Italie, et l'Espagne.

L'ascendant de Hollande c'est que la vague qu'il a choisie à l'automne déferle aujourd'hui sur l'Europe. Et le déclin d'Angela Merkel c'est que le courant de pensée qu'elle incarne, l'orthodoxie budgétaire, est partout remis en cause, parce qu'il impose dans la moitié de l'Europe un remède de cheval qui coupe les pattes à la monture. Ok l'austérité, Ok les plans de rigueur, Ok les charettes de chômeur, Ok la décapitation de l'état providence, Ok les privatisations, Ok les retraites amputées, mais l'Irlande, mais la Grèce, mais l'Espagne, mais le Portugal, mais l'Italie, mais Chypre, mais la France, mais à qui le tour au monument aux morts ?

C'est cette impasse qui est venue à bout de la raideur de Merkel, pas la seule malice politique du Président Français, ou la seule science du Professeur Monti. Si les choses se sont passées comme on l'a vu à Bruxelles, c'est que l'ancienne réalité ne pouvait plus durer. C'est que le réel a frappé, comme en 83, mais à l'envers. Un dernier mot, pour nuancer ce qui précède... On crie victoire parce que les marchés ont réagi positivement, mais ils ont systématiquement applaudi les résultats des précédants sommets... Et les commentateurs assurent que le sommet de vendredi est allé beaucoup plus loin, mais Ils l'avaient aussi dit de presque tous les autres Nous ne sommes donc pas sortis de l'auberge.

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......