LE DIRECT

Guéant : le charme discret des petites enveloppes

2 min

A quoi reconnaît-on un politique qui a réussi ? En lisant la presse de ce matin on trouve des éléments de réponse. Un élu dominant c’est un homme ou une femme qui échappe aux règles qu’il incarne, et qui s’imposent aux citoyens normaux. Prenez Claude Guéant…

Il a donc touché 10 000 euros par mois de primes en liquide, pendant deux ans, soit 240 000 euros au total, dans un pays dont le salaire médian est de 1500 euros fiscalisés. Il les a touchés en plus de revenus qui comprenaient son salaire, les primes officielles qui remplaçaient un ancien système de primes occultes en liquide supprimé par Lionel Jospin, et auquel s’ajoutait donc le maintien de l’ancien système officiellement aboli mais qui perdurait quand même…

Rappelons que cet aimable cumul avait cours dans le ministère de l’Intérieur, donc dans le Ministère de l’Ordre, tenu de 2002 à 2004 par un futur Président de la République qui parla un peu plus tard de nettoyer les abus au Karcher.

Prenez Michel Charasse. Manuel Valls vient de le priver de ses gardes du corps, trois policiers et deux chauffeurs qui se relayaient devant son domicile, dans la petite commune auvergnate de Puy-Guillaume. Pourquoi ces gardes du corps ? Parce que M. Charasse, aujourd’hui membre du Conseil Constitutionnel, c'est-à-dire du Conseil du Droit, a été ministre du budget de 1988 à 1992, et que, dit-il, « il ne s’est pas fait que des amis » pendant cette période.

Prenez Michèle Alliot-Marie, ancienne Ministre de l’Intérieur : six gardes du corps, soit 426 000 euros par an à charge de l’Etat selon la Cour des comptes qui calcule à 71000 euros le prix d’un seul agent.

Prenez les anciens Présidents de la République. Des bureaux de fonction de dix pièces, une dizaine de collaborateurs, dix gardes du corps, le salaire de 13 223 euros brut au Conseil Constitutionnel, les retraites, et même pour l’un d’entre eux, Jacques Chirac, l’aimable ami libanais qui l’héberge comme un sans logis, sur trois cent mètres carrés en bord de Seine.

A eux trois les anciens Présidents coûtent plus de six millions d’Euros par an.

Ceux qui sont chargés de la terre ferme vivent ainsi en état d’apesanteur.

On entend déjà les objections à ce tableau particulier. Il nourrirait une critique irrationnelle et populiste de la classe politique.

C’est qu’en plus des avantages matériels, les politiques de tout en haut ont un autre avantage sur les français d’en bas. Une espèce de bouclier moral.

En effet, quand, par exemple des salariés protestent à l’idée de perdre des petits avantages acquis, sur les retraites, ou sur le prix de l’électricité quand ils travaillent à EDF, ils sont de mauvais citoyens, des profiteurs, les magazines sont pleins de leur dénonciation.

Mais quand vous évoquez, comme je le fais ce matin, les cumuls de leurs grands représentants, là vous êtes un poujadiste.

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......