LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Hollande, Lagarde, Tapie, la grandeur de la France, par Frédéric Métézeau

2 min

"Il en va du prestige de la France"… Voilà ce qu'aurait dit François Hollande selon le Canard Enchaîné à propos de l'affaire Christine Lagarde, l'ancienne ministre de l'Economie auditionnée aujourd'hui par la cour de justice de la République et qui devra expliquer pourquoi l'Etat a recouru à une procédure d'arbitrage dans le dossier Tapie / Crédit Lyonnais. Elle pourrait être mise en examen pour "complicité de détournement de fonds publics". Forcément la grandeur de la France est en jeu et l'on peut déjà imaginer la presse américaine et anglaise : "quels drôles de frenchies ! Ces français qui ne contrôlent pas leurs pulsions, qui fraudent leur propre fisc ou qui montent des arbitrages pour de drôles d'hommes d'affaires..." Mais voilà, c'est parce qu'il y a eu DSK et Cahuzac que la gauche de gouvernement restera impassible dans l'affaire Lagarde même en cas de mise en examen. L'image du pays a déjà été tellement dégradée que les socialistes ne demanderont pas le départ de Christine Lagarde du FMI, pas question que cette dirigeante jugée compétente à Washington, 7ème femme la plus influente du monde selon Forbes et dont personne ne met en compte l'intégrité personnelle fasse ses cartons. Et en plus elle parle bien anglais ! Pas question que la France abandonne un siège prestigieux qu'elle avait eu tant de mal à conserver face aux émergents alors même que Pascal Lamy va transmettre la direction de l'OMC à un brésilien. Pourtant, du temps béni de l'opposition, ce dossier faisait le miel de la gauche : Sarkozy, Lagarde, Bercy, Tapie, Adidas, le Crédit Lyonnais, 403 millions d'euros d'argent public, c'était l'angle d'attaque idéal pour déboulonner un pouvoir de droite en place, le patron des députés socialistes nommé Jean-Marc Ayrault ne s'en était pas privé. Mais François Hollande a été élu Président et pour faire Président, il faut éviter au maximum d'abîmer l'image du pays, il faut préserver la grandeur de la France. Sauf qu'il faut aussi penser à l'impact sur les citoyens heurtés par les affaires et par ce pragmatisme du pouvoir. Car Hollande déteste Tapie, son mélange des genres, sa façon de parler, son bling-bling, son parcours de Mitterrand à Sarkozy mais comment épargner Christine Lagarde sans donner l'impression de cautionner la procédure qui a remplumé Bernard Tapie ? Hollande se lance donc dans un grand numéro d'équilibriste : même si le gouvernement n'a rien à reprocher à Christine Lagarde dans cette affaire, Pierre Moscovici a annoncé hier que Bercy pourrait déposer un recours en nullité contre l'arbitrage et redit dans Le Monde "toute la confiance des autorités françaises" envers la patronne du FMI. La grandeur de la France passe aussi par des petites combinaisons et d'improbables synthèses.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Journaliste
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......