LE DIRECT

Hollande : l'Europe en guise d'issue de secours

2 min

« Ma droite est enfoncée, ma gauche cède, tout va bien j’attaque », François Hollande a recyclé la phrase du maréchal Foch lors de sa conférence de presse. Pour son An 2, Hollande qu’on accuse de ne pas être assez Président en France propose tout simplement de devenir le Président de l’Europe. C’est gonflé, mais ce n’est pas un hasard, car c’est en Europe que se joue la relance, donc l’avenir de ce Président, et en Europe qu’il a raté son premier coche, en 2012.

Hier, on l’attendait sur la défensive, et comme il le savait, il a aussitôt prononcé les mots d’ « offensive », et de « mouvement ». Pourtant, pour les trois quart de son propos, c'est-à-dire pour ce qui avait trait à la politique intérieure, le chômage, la récession, les débordements du Trocadéro, les couacs de sa majorité, il a plutôt joué au goal qu’à l’avant centre.

Plutôt qu’à l’offensive, d’ailleurs, il était dans le rôle de l’offensé, ou de l’incompris. On le dit indécis, il a défendu ses décisions permanentes, Mali notamment, on lui reproche d’avoir perdu du temps, il a mis en avant « plus de réformes en un an que ses prédécesseurs en dix ans », on l’accuse d’avoir alourdi les impôts il a répondu : « j’avais prévenu », reconnu quatre milliards en 2012 mais en a imputé 12 au gouvernement précédant, et quand on lui a rappelé les difficultés des entreprises, il a dégainé son pacte de compétitivité et cité l’accord dit de sécurisation de l’emploi…

Bref il n’a rien lâché, sauf que la croissance le lâche, que le chômage s’envole, et que le rappel des mesures engagées bute sur la baisse du pouvoir d’achat.

C’est là qu’est arrivée son offensive européenne.

Pendant sa campagne, Hollande avait pris deux engagements, à priori contradictoires. Grand 1 je ramènerai le déficit à 3%, tout de suite. Grand 2 je défendrai la relance avant de signer le pacte de stabilité. Le deuxième point s’est perdu dans les sables au moment où la demande de relance s’est mise à monter de toute l’Europe, si bien qu’Hollande a paru à la remorque d’une revendication qu’il avait initiée lui-même.

Un vrai ratage que certains attribuent à sa communication, et d’autre à sa manière d’avancer en crabe.

Un an plus tard toute l’Europe est en panne de croissance, Allemagne comprise, et la relance est devenue un impératif supérieur à l’exigence des 3% tout de suite. Hollande essaie donc de reprendre l’initiative là où il l’avait laissée filer. Il propose d’instituer un gouvernement économique, qui se réunirait chaque mois, et il demande qu’on aille plus loin vers l’union politique.

C’est une vraie perspective. Toute la question est de savoir si le Hollande de l’An 2 l’abordera comme un Hollande nouveau, à savoir de front et en ligne droite, ou comme celui de l’an 1, en « synthèse » et en zigzags…

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......