LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Hollande : un état de grâce armé, mais jusqu'à quand ?

2 min

Incontestablement la prise d’otages du site BP de Tigantourine, en Algérie, non loin de la frontière libyenne, internationalise ce qui était jusqu’à présent, à tort ou à raison, regardé comme la guerre de François Hollande. Cette situation incertaine, et qui peut évoluer à tout instant, renforce et fragilise à la fois la situation politique du Président français.

Elle la renforce parce qu’avec 41 otages, dont 7 américains, des français semble-t-il, des britanniques, dont l’un a été tué, d’autres européens, des japonais, la France n’est plus seule face aux islamistes, dans le conflit au Mali. Jusqu’à présent, l’intervention française avaient été saluée, mais avec des fleurs plutôt qu’avec des renforts.

François Hollande avait bénéficié de l’effet « chef de guerre » devant l’opinion nationale, mais des voix s’élevaient déjà pour se demander, comme Jean-François Copé, si la France n’avait pas trop tardé, et si elle ne se retrouvait pas isolée.

Cette prise d’otage, qui prouve que le problème Malien est en fait africain et dépasse les frontières, transforme la France en avant-garde d’un occident menacé dans son ensemble, et le Chef de guerre, au moins pour le moment, y gagne des galons internationaux qui lui donnent une autorité inédite sur le plan intérieur.

Il était frappant, hier, alors que la situation se compliquait avec cette prise d’otage, et avec les premières interventions terrestres dans le Nord du Mali, de voir comment François Hollande se montrait inflexible sur le domaine national. Cumul des mandats c’est fini, loi sur le mariage ce sera fait, réforme constitutionnelle rendez-vous avant l’été, ça ne rigole plus en Hollandie, on est passé du mou dans le manche au garde à vous…

Toute la question est de savoir combien de temps va durer cette état de grâce autoritaire, et c’est là que les incertitudes de la guerre au Mali, et de cette affaire d’otages, peuvent préparer des lendemains compliqués. Ce qui se passe sur le site de Tigantourine, et qui est l’œuvre d’un commando d’une vingtaine d’hommes, prouve que cette guerre ne mettra pas face à face deux armées mais pourra se transformer en guérilla du désert, avec des petits groupes qui surgiront, et qui frapperont.

Dans ce cas l’union sacrée qui redonne du tonus au Président Français pourra se dissoudre dans un sentiment de piège, et d’insécurité, et la France, avant-garde de l’occident en arme deviendrait alors le cœur de cible d’un l’occident menacé.

Comment réagiront les Français si le conflit se complique et s’élargit. Personne ne le sait. Il y a donc tout intérêt, pour le Chef de l’état, à ce que le Général Hollande ne garde pas trop longtemps sa tenue militaire et réenfile son costume civil, quitte à remettre ses cravates de travers…

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......