LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Jérôme Cahuzac ou le régime d'exception, par Frédéric Métézeau

3 min

Jérôme Cahuzac ne se représentera aux législatives dans le Lot-et-Garonne le mois prochain, il l’a annoncé hier dans la Dépêche du Midi mais pourtant, il en avait le droit. Malgré la gravité de sa faute, malgré son immoralité, malgré la trahison envers les citoyens, sa famille politique et le ministère dont il avait la charge, malgré la commission d’enquête parlementaire qui débute demain, Jérôme Cahuzac aurait pu se représenter. Injuste, immoral ? Peut-être mais la loi est ainsi faite « la force injuste de la loi » pour reprendre François Mitterrand. Pourtant, les aveux de Jérôme Cahuzac ont tellement abasourdi sa famille politique, qu’elle a voulu laver plus blanc que blanc, bien plus blanc qu'à Marseille avec les affaires Guérini ou Andrieux en lui demandant de ne pas retourner automatiquement à l'Assemblée, puis de ne pas se présenter et de renoncer à ses indemnités d’ancien ministre, concoctant au passage deux lois très critiquées sur la transparence et les paradis fiscaux. Régime d’exception donc, puisqu’en France une nouvelle loi n’est ni rétroactive, ni proactive y compris pour Jérôme Cahuzac qui n’a pas encore été jugé. D’ailleurs, dans son interview d’hier, Cahuzac n’invoque pas la morale, au contraire il retourne l’argument : "S'en remettre au suffrage universel serait-il donc indécent ou impudique ?" La question s’adresse à ses ex-camarades socialistes et pose une question politique car selon un sondage publié dans Sud-Ouest une candidature Cahuzac aurait pu provoquer un second tour UMP-FN. Au-delà de la défense des grands principes, le PS craignait surtout une défaite électorale, la preuve avec cette réaction d’Harlem Désir hier : "j’appelle toute la gauche à se rasembler pour garder cette circonscription à gauche, il y a un enjeu de participation et il faut éviter la dispersion". Les vrais enjeux, les voilà : la gauche n’a pas gagné de législative partielle depuis juin 2012. Un régime d’exception pour un petit siège, voilà où en est l’affaire Cahuzac, pendant 5 ans la gauche a fustigé les lois de circonstances de Nicolas Sarkozy et l’aggravation systématique des peines comme antidote à la délinquance, aujourd’hui Cahuzac lui donne le tournis et Cahuzac l’a très bien compris. Celui que la sénatrice PS Laurence Rossignol qualifie de "pervers manipulateur" soutient ironiquement le candidat du PS dans le lot-et-garonne "Je voterai pour lui, son enthousiasme, sa conviction de terminer en tête du premier tour et de gagner au deuxième font plaisir à voir" . Cahuzac a donné des sueurs froides ses anciens amis à propos des législatives, il n’en ont pas fini avec les municipales, l’interview de Jérôme Cahuzac à la Dépêche du Midi s'achève ainsi : "je reviendrai". Les régimes d'exception ne dissuadent jamaisr les fraudeurs d'exception.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Journaliste
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......