LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La dernière chance du prochain candidat

2 min

Donc ce sera le scoop de la semaine. Un événement à tout casser. Et c’est pour aujourd’hui, ou demain, ou jeudi, à moins que ce ne soit pour dimanche à Marseille. Et bien ce scoop nous allons le révéler dès tout de suite. Asseyez-vous, attachez vos ceintures. Vous allez ressentir un choc. J’y vais :

Nicolas Sarkozy à la télévision le 16 novembre 2010
Nicolas Sarkozy à la télévision le 16 novembre 2010 Crédits : Ho New - Reuters

Cette semaine, Nicolas Sarkozy va déclarer sa candidature à la présidence de la République…

Voilà, c’est dit. Il sera can-di-dat.

Si vous trouvez que j’en fais beaucoup, regardez vos journaux. Les pages France ne traitent que de ce mystère

Ce qui frappe en politique, parfois, c’est la coupure apparente avec la vie réelle. Tous les français savent parfaitement, depuis longtemps, que le président sortant veut être réélu, tous les journalistes aussi, tous les politiques également, mais tout le monde fait comme si, en retenant son souffle et en se posant la question sacrée, sur cinq colonnes à la une. Quand va-t-il annoncer… Ce que nous savons déjà.

En fait il y a une raison. Si le secret de polichinelle prend une telle intensité, c’est qu’il recèle une part de fait-divers. On guette cet événement parce qu’il ressemble aux séquences du feuilleton Urgence quand les médecins tentent de ranimer l’accidenté à coup d’électro-choc. Le cœur va-t-il repartir ? C’est l’instant de la dernière chance.

En décembre, l’Elysée pensait réveiller l’électroencéphalogramme des sondages avec le thème du capitaine courage. Il n’était alors question que de crise, de sommets Européens, de règle d’or.

Sans résultat. Changement de cap en janvier, avec le virage social, sous forme de deux rendez-vous officiellement majeurs. Un sommet le 20, puis des décisions le 30. Décisions chocs, disaient les conseillers, TVA sociale pour octobre 2012, temps de travail pour un prochain mandat, Taxe Tobin pour la forme, les sondages n’ont pas bougé.

L’électrochoc a dès lors été renvoyé à la quinzaine suivante. Nous y sommes : Interview dans le Figaro magazine, cette fois sur le thème des chômeurs et des étrangers qui fraudent. Le Président va surprendre, font dire les conseillers, il va bousculer la campagne, marquer son territoire. La promesse du château est exactement la même qu’en décembre et en janvier. On va voir ce qu’on va voir, mais un détail diffère.

Le détail c’est qu’après décembre, il y avait janvier et les vœux, et qu’en janvier on pouvait encore compter sur février. Mais nous sommes le 13 février, on va déboucher sur mars, et en mars, comme chantait Juliette Greco, il n’y aura plus d’après, plus d’après demain, plus d’après midi, il n’y aura qu’aujourd’hui. Aujourd’hui ou jamais.

Si dans deux semaines le malade n’a pas repris des couleurs, c’est à dire entre trois et cinq points dans la moyenne des sondages, le scoop ne sera pas la déclaration de candidature, mais le changement de président.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Journaliste
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......