LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La malette à double fond de l'avocat Robert Bourgi

2 min

Sur le fond, l’affaire Robert Bourgi, c’est la cassette Mery multipliée par cent. Cent fois plus de billets, et dans les deux cas c’est le porteur de valise qui fait des révélations. Mais sur la forme, la différence est grande. Car la cassette Méry s’attaquait à un président de la république en exercice. En septembre 2000, donc en pleine période de cohabitation, la cible était majeure, c’était le Chef de l’Etat.

Avec les révélations de Robert Bourgui, conseiller plus ou moins occulte de Nicolas Sarkozy pour les affaires africaines, on ne change pas seulement de quantité de billet, on change de dimension. On est dans le riquiqui. Une sorte d'euthanasie. On est toujours au cœur de l’état, mais la torpille frappe un retraité, et un ancien premier ministre à l’avenir incertain, et la bagarre se passe à l’intérieur d’un même camp politique, l’actuelle majorité. A la question « à qui profite le crime », aucune réponse raisonnable ne paraît donc cohérente.

En quoi l’actuel président de 2011 aurait-il intérêt à achever un Jacques Chirac tellement malade qu’il ne peut pas assister à son procès ? Et en quoi Dominique de Villepin, solitaire, et qui attend l’arrêt de la Cour d’appel mercredi, serait assez considérable pour mériter ce traitement de faveur ?

On ne voit pas, mais les faits sont déballés et seule la haine, ou la présence d’aventuriers irresponsables dans les couloirs de l’état peuvent expliquer la publication d’un tel récit, qui éclabousse tout le monde. Un conseiller du Président y décrit donc avec un luxe de détail un ancien Président et un ancien premier ministre, comptant des liasses venues d’Afrique. Et en réponse, un autre ancien conseiller aux affaires africaines, celui de Jacques Chirac, accuse Bourgi d’avoir apporté d’autres valises de billets à Nicolas Sarkozy, à partir de 2006…

Un même camp, deux présidents, un ancien premier ministre. Le niveau des acteurs, tout en haut, et cette atmosphère de cul de basse fosse, tout en bas, rappellent en fait l’affaire Clearstream. Une rixe impitoyable entre des excellences.

Il s’en dégage un gros malaise

Ou bien ces faits sont vrais et ils révèlent des dérives graves, gardées secrètes pendant plus d’une décennie, entre gens du sérail.

Ou bien tout cela serait faux, amplifié, révélé dans le but de régler des comptes, et cette histoire ne serait pas moins malodorante.

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......