LE DIRECT

L'autre guerre à l'UMP par Frédéric Métézeau

2 min

Le conflit Copé Fillon s'est enlisé en drôle de guerre et les soldats des deux camps ont fait taire les fusils mais ne les ont pas rangés, pendant que les chefs d'Etat-Major discutent à huis-clos d'un armistice, mais sans doute pas d'une capitulation. Fini le blitz, mais un autre conflit est en train d'éclore, dont les belligérants font pour l'instant cause commune dans Le Figaro ce matin notamment Bruno Le Maire et Nathalie Kosciuzko Morizet qui ont échoué à se présenter à la présidence de l'UMP. Ajoutons à cela Xavier Bertrand qui n'a pas signé la tribune mais a déjà annoncé qu'il se réservait pour la primaire de 2016. Que nous disent ces trois là ? Il faut régler la crise, il faut revoter, avec les deux mêmes candidats proposent NKM et Bertrand. Car si Copé et Fillon s'étripent, si l'un tue politiquement l'autre mais sans en ressortir indemne, cela fairait l'affaire des non-alignés, leur tour viendrait en 2016 et les militants de souviendraient de leur sagesse quand au sommet de l'UMP on basculait dans la folie en 2012.Par darwinisme politique, l'affrontement Copé-Fillon fait leur affaire mais les deux impétrants négocient, sont déjà tombés d'accord sur l'idée d'un nouveau scrutin et Le Maire l'euro-fédéraliste, NKM l'écolo-technophile, Bertrand le gaulliste-populaire s'agacent : "pas question d'un petit arrangement entre amis" dixit Bruno Le Maire. Comme si une sortie de crise risquait de remettre en selle les 2 belligérants...

Dans les années 90 la droite avait déjà ses "deuxième ligne" jeunes, frondeurs, altiers, bien implantés dans leurs territoires, compétents sur les dossiers nationaux, et médiatiques, ils s'appellaient s'appellaient Noir, Léotard, Millon, Bayrou, Carignon et ils espéraient que le duel Chirac-Giscard les laisserait KO tous les deux. Eux aussi voulaient renover la politique et ne supportaient plus ces déchirements sous l'oeil goguenard des socialistes au pouvoir. Mais Chirac s'en est relevé et il a gagné quand les électeurs - ou parfois la justice - sanctionnaient les rénovateurs.

Il est donc dans l'intérêt objectif des non-alignés que Copé et Fillon ressortent le plus mal en point possible de cette crise car 2016 c'est demain. La preuve, il y a 4 ans Royal et Aubry se déchiraient à Reims et François Hollande se repliait stratégiquement. La jeune garde de l'UMP le sait et prépare sa guerre, Bertrand, NKM et Le Maire sillonnent la France et constituent leurs réseaux d'élus, de militants et d'experts. C'est l'autre guerre, la vraie guerre à l'UMP.

En politique, comme en géopolitique, les non-alignés ont vocation à d'abord ravailler ensemble avant de se déchirer pour devenir numéro 1.

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......