LE DIRECT

Le Medef, la droite, et le gouvernement PS

3 min

La venue de Jean-Marc Ayrault ici, aux universités d’été du Medef, a suscité pas mal de commentaires. Des commentaires d’autant plus acerbes que le Premier Ministre n’a fait qu’ouvrir le bal. Dix autres ministres vont venir à Jouy en Josas, dont ce matin Michel Sapin, ministre du Travail, de l’emploi, et du dialogue social. Jean-Luc Mélenchon désapprouve « absolument » ce qu’il qualifie de risette au patronat.

En clair un gouvernement de gauche se trahit-il en établissant des rapports avec le Mouvement des Entreprises de France ? La question parait presque incongrue. Elle revient à se demander s’il ne faut débattre qu’avec ses camarades, ne négocier qu’avec ses associés, et ne faire la paix qu’avec ses bons amis.

Et pourtant cette question incongrue, qui pourrait étonner les martiens, s’ils existaient, n’étonnera pas les français, qui eux, ont l’avantage d’exister. Pourquoi ? Parce qu’elle fait partie de leur environnement.

Dans cet environnement, ce qu’on appelle le dialogue social est regardé comme une annexe du combat politique. Les syndicats, dans leur majorité, seraient affiliés à gauche, et le Medef émargerait à droite.

Est-ce une caricature ? Si oui, elle a eu son heure de gloire pendant la dernière présidentielle. Elle est même devenue un argument de campagne pour le Président sortant dont le programme voulait passer par-dessus les corps intermédiaires, c’est-à-dire, entre autre, par-dessus ces casse-pied de syndicalistes, et dont les discours s’en sont pris à plusieurs reprises à des centrales, CGT et CFDT en particulier…

Si c’est une caricature, c’est que Bernard Thibault, le patron de la CGT n’a pas appelé à faire battre M. Sarkozy, donc à voter Hollande au second tour.

Et si c’est une caricature, les Universités d’été du Medef en 2007, au lendemain de la victoire de Nicolas Sarkozy n’ont pas été ce qu’on en retient, c'est-à-dire le triomphe du Président de droite à peine élu devant une salle de supporters. Si c’est une caricature, ce jour là, le Président Sarkozy, gagné par l’Euphorie n’a pas fait hurler de rire son assistance ravie en lançant à propos de Jacques Atali : « Je suis celui qui sait le mieux exploiter les richesses du Parti socialiste. Dans une autre vie je pourrais être directeur des ressources humaines ».

Si le Medef ne penche pas à droite, alors pendant cinq ans, la lune de miel Parisot-Sarkozy ne s’est pas prolongé, et à vingt jours du premier tour, notre invitée de ce matin n’a pas qualifié le bilan du président candidat de « boulot extraordinaire »

C’est comme ça, et je vais me faire engueuler, car ces choses ne se disent pas. Les syndicats français sont majoritairement de gauche, le Medef est de droite, et la vie continue : la preuve, cinq ans plus tard « les richesses du Parti Socialiste ont remplacé, ici-même, leur DRH autoproclamé. Quant au dialogue, ou au blocage social, il fait penser à la fameuse phrase de Paul Valéry : « je me suis détesté, je me suis adoré, et nous avons vieilli ensemble »…

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......