LE DIRECT

Les enjeux et les clés des Européennes de 2014, par Frédéric Métézeau

2 min

Les élections européennes qui se dérouleront le 25 mai 2014 sont toujours très risquées pour les partis de gouvernement. Depuis 30 ans, chaque élection européenne a vu débouler un acteur politique inattendu et dérangeant pour les 2 principaux partis.

1984 : percée puissante du Front National à plus de 10%

1989 : les Verts d'Antoine Waechter réalisent le même score

1994 : Bernard Tapie obtient 12%, c'est presque autant que Michel Rocard à 14%

1999 : avec 13% la liste Villiers Pasqua dépasse carrément la liste RPR de Nicolas Sarkozy

2004 : la liste UDF de françois bayrou obtient 12% et valide sa stratégie d'autonomie

2009 : le nouvel assemblage Europe Ecologie Les Verts fait jeu égal avec le PS avec un peu plus de 16%

Autre constante : une abstention toujours très forte et toujours en hausse, passée de 39% en 1979 à 59% en 2009.

Dernière caractéristique de cette élection qui a vu tant de fois changer son mode de scrutin : son détournement. Trop souvent les têtes de listes ne sont pas les plus intéressés par la chose européenne, ni les plus assidûs à Strasbourg. Qui se souvient que Jacques Chirac, Nicolas Sarkozy et François Hollande ont été élus députés européens ? Tout cela étant dit, il y a peu de chances que 2014 se distingue des élections européennes précédentes… L'UMP essaie de relancer ses recalés des législatives de 2012 comme Nadine Morano ou Renaud Muselier, le PS distribue des hochets, garantie une assurance vie à un ministre en délicatesse et fait un joli coup de communication politique, nous pensons là au président de la région Limousin tête de liste dans sa zone qui inclue la Corrèze, à Vincent Peillon et à l'ancien syndicaliste Edouard Martin.

L'esprit de revanche de l'UMP, la position défensive et acrobatique du PS sur l'Europe, l'Union Européenne devenue synonyme d'austerité et de mère la rigueur, la difficulté à parler posément et sur la longueur des dossiers de fond ; voilà qui nous promet un scrutin aux résultats inédits avec déjà quelques certitudes. Le FN pourrait se retrouver très haut, peut-être même premier parti de France à ces européennes et Europe Ecologie Les Verts court au désastre. Au-delà, quels scores pour le PS, le front de gauche, l'UMP et l'UDI ?

Le 25 mai au soir on sera tenté d'avoir une lecture nationale et franco-française du scrutin mais il faudra aussi avoir une vision continentale car pour la première fois le Parlement européen élira le président de la Commission de Bruxelles.

Frédéric Métézeau

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......