LE DIRECT

Les gardes rouges de l'UMP, par Frédéric Métézeau

3 min

"L'enjeu central est de savoir si nous voulons poursuivre ou non la révolution culturelle du sarkozysme en faisant émerger une nouvelle société" déclarait Guillaume Peltier dans Le Figaro du 18 septembre dernier. Depuis, la Droite Forte premier courant de l'UMP appelle à un "mai 68" de droite mais voilà, Guillaume Peltier est allé loin, pas au point de faire son auto-critique, mais il a dû préciser que si Nathalie Kosciusko-Morizet était candidate à Paris, il la soutiendrait. Reprenons le fil : lundi Peltier se prononce contre NKM aux primaires parisiennes car elle s'est s'abstenue sur le mariage gay. Réponse de la candidate hier : "des gens voudraient prouver que la droite ne peut plus gagner qu'en s'associant avec l'extrême droite ou en se droitisant. Peltier, c'est le Buisson qui cache la forêt". Jusqu'ici, les animateurs de la Droite Forte - pourtant toujours battus au suffrage universel - se sentaient intouchables et l'on avait entendu Guillaume Peltier ou Geoffroy Didier proposer des quotas de journalistes de droite dans l'audiovisuel public, l'abolition du droit de grève des professeurs, l'interdiction des minarets ou des drapeaux étrangers sur la voie publique. Belles gueules, formules ciselées, omni-invités dans les médias ils défendent envers et contre tout Nicolas Sarkozy comme "LE" candidat de la droite pour 2017. Tels les gardes rouges chauffés à vif par Mao pour bousculer les caciques de son parti, la Droite Forte et ses militants très actifs sur twitter dénient tout inventaire, chassent les déviants – Fillon, NKM – et pointent les traîtres - Bayrou, Jouhanno, Bachelot - pour eux toute la gauche est "gauchiste" et la Police et la Justice "politiques". Mais hier les ténors ont riposté au napalm : Jean-François Copé et Christian Jacob dénoncent les propos de Peltier, Bernard Debré rappelle son passé lepeniste, mégretiste et villiériste, le courant de la boite à idées condamne ses "fatwas", Franck Riester, Claude Goasguen, Henri Guaino, Nadine Morano sont vent debout, Bruno Le Maire craint le retour de la droite la plus bête du monde et Xavier Bertrand de "la plus conne" /// Car le culot de la Droite Forte et son aveuglément finissent par nuire à l'UMP dont le projet "de droite et du Centre" reste en jachère. "La droite a changé nous expliquait récemment une ancienne ministre. Avant, le chef c'était le projet et le projet c'était le chef mais la crise exige de vraies propositions". Or celles plutôt "baroques" de la Droite Forte et son fol espoir d'un retour de l'ancien président confirment qu'au-delà de NKM, du mariage gay ou même de la droitisation, c'est bien l'ambiguité de Sarkozy qui bloque le jeu à l'UMP, tantôt observant le jeu depuis sa Cité interdite et communiquant via son "entourage", tantôt aux côtés des grands de ce monde. Un député copéiste nous confie "le retour de Sarko, ce sont 10 ans assurés de François Hollande". Et ce filloniste : "Sarko fait tout pour empêcher l'émergence d'un leader". Ses gardes rouges s'y emploient, parfois avec un peu trop de zèle, échappant au contrôle de leur mentor.

Frédéric Métézeau

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Journaliste

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......