LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

L'Europe et les restaus du coeur

2 min

Et maintenant voilà que l’Europe s’en prend à l’aide alimentaire aux plus pauvres. Elle va tailler à la hache dans le PEAD, le Projet européen d’aide aux démunis créé en 1987 sous l’impulsion du président de la commission européenne de l’époque, Jacques Delors, à la suite d’un appel de Coluche, dans la lignée des restos du cœur.

Le budget du PEAD pourrait passer de 480 à 113 millions d’euros, du simple au quart, au moment même où la crise aggrave la précarité sur l’ensemble du continent. Plus de treize millions de personnes sont concernées, dans 19 des 27 états d’Europe.

Décidément les informations se suivent et se ressemblent dès qu’on prononce le mot « Europe », ou son dérivé « l’Euro », et elles sont toutes de même nature. Aux mots Europe et Euro sont associés désormais les mots réduction, austérité, suppression, fermeture, crise.

Exemples

Italie : note abaissée, 24 milliards d’euros de moins distribués dans le pays

Espagne : 15 milliards rabotés

Portugal : coupe dans les salaires, baisse des allocations familiale, réduction des allocations chômage

Irlande : baisse des retraites, suppression d’un fonctionnaire sur 10, hausse des droits d’inscriptions dans les écoles, dépenses de santé en baisse

Autriche : retraite qui passe de 57 à 60 ans pour les femmes, réduction des allocations familiales, réduction des soins infirmiers

Allemagne, 10 à 15 000 emplois supprimés dans le public, baisse des allocations « pour le chauffage », baisse des allocations pour le chômage.

République Tchèque : allocation de maladie réduite de 60%, allocation de naissance : réduite.

Grèce : 200 000 licenciements dans le nième prochain plan d’austérité, etc., etc., etc. etc.

Je vous fais grâce de la France.

Aucune marque au monde ne pourrait résister à une telle cascade de messages négatifs.

On dira que l’Europe n’est pas une marque et que Churchill s’est fait une image légendaire avec du sang et des larmes, mais lui, il proposait un horizon : sauver la démocratie, la liberté, l’indépendance de son pays, abattre le nazisme.

Avec le mot Europe, et son dérivé Euro, c’est de la souffrance qui tourne en rond. Si l’on exige des baisses, des coupes, des réductions, des privations, c’est pour sauver l’Euro, et par là-même l’Europe.

« Acceptez les coups de hache car il faut sauver la hache », voilà le message permanent. Si ce n’est pas un cercle vicieux, c’est que le vice est une vertu

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......