LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Marché du travail : vers un conflit de génération ?

2 min

La réunion porte un nom compliqué : « négociation sur le marché du travail », avec des mots aussi sexy que « Flexibilité », ou « Flexi-Sécurité ». Et pourtant la négociation entre syndicats et patronat est tout sauf abstraite. Elle concerne un scandale social. En France, et pas seulement, les jeunes ont un statut spécial. Un statut sans statut. Ils entrent dans la vie par une période de bizutage qui commence par un stage et se poursuit par des CDD parfois sans fin.

Il se trouve que le cœur de la négociation concerne le CDD, dont il est question de taxer la durée, en faisant payer plus cher le CDD court, afin de le limiter, solution fiscale que le Medef conteste.

Ce fameux CDD, infiniment fragile, est opposé au contrat à durée indéterminé, le CDI, que le Medef estime infiniment rigide. Le marchandage consisterait à trouver le point d’équilibre entre un CDD moins précaire, et un CDI plus souple, sachant que les syndicats craignent qu’une réforme du CDI ne conduisent à ce que tout le monde deviennent plus ou moins CDD, et que le patronat s’inquiète qu’une retouche du CDD n’aboutisse à ce que tout le monde se transforme, peu ou prou, en CDI…

Souplesse contre rigidité, sécurité contre insécurité, le débat est ancien, il n’avance pas dans les textes, et comme toujours quand la loi ne codifie pas les comportements, il se résout de façon sauvage, en créant une espèce de jurisprudence.

L’habitude c’est que les garanties des uns, les titulaires, les CDI, se paient au prix de la précarité des autres, les CDD, ce qui veut dire souvent, dans les faits, que le confort des plus âgés, ou des installés, s’appuie sur l’inconfort des plus jeunes.

Dans la vie quotidienne des entreprises, la cohabitation de ces deux statuts, quasiment de ces deux castes, la supérieure et l’inférieure, se mesure à une multitude de différences. Le salaire bien-sûr, mais aussi les horaires, les congés, les missions…

En cas de conflit l’écart s’élargit encore. Le CDI a des recours, des droits, des syndicats. Le CDD en dispose aussi, mais s’il les fait valoir il a peu de chances d’être renouvelé.

En cas de crise dans l’entreprise, aussi bien dans le public que dans le privé, le CDI peut devenir un problème social, que les DRH s’attacheront à régler, plus ou moins bien, mais le CDD deviendra une variable d’ajustement, dont on dira simplement « qu’il n’est pas renouvelé », ou qu’il est réduit en pourcentage… Un CDD n’est jamais licencié, il n’est pas renouvelé, ce qui revient au même mais frappe moins les esprits.

La négociation sur le marché du travail mettra-t-elle un peu d’ordre dans cette disparité, qui passe par les générations ?

Il vaudrait mieux.

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......