LE DIRECT

Nous sommes tous des poules, par Frédéric Metezeau

2 min

On vu hier à l'Assemblée comment les parlementaires-femmes de gauche ont fait une entrée remarquée et groupée dans l'hémicycle après que l'une d'entre elles a dû subir les caquètements d'un élu UMP en séance de nuit la veille… Un comportement bas-de-gamme, indigne de l'Assemblée, indigne tout court qui ne vaut pas que l'on s'étende plus dessus, en revanche, il y a des phénomènes plus profonds, plus souterrains, plus permanents qui expliquent comment de tels comportements sont encore possibles en 2013, qui permettent de comprendre le sentiment d'impunité chez certains beaufs en écharpe tricolore… Bien sûr, l'Assemblée et le Sénat se sont rajeunis et féminisés (surtout à gauche d'ailleurs, l'UMP ayant ayant été mise à l'amende pour non-respect de la parité ce qui explique une partie de sa dette mais cela relève de l'illusion d'optique… Regardez au gouvernement, hormis Christiane Taubira, aucune femme en charge d'un ministère régalien… Les femmes s'occupent de la santé, de la famille, de la réussite éducative, du logement, des sports, des droits des femmes / pour Matignon, la place Beauvau, Bercy ou le Quai d'Orsay, on repassera… Si ! une femme a eu droit à un traitement inédit de la part de François Hollande et Jean-Marc Ayrault : Delphine Batho débarquée manu-militari pour un couac bien moins dissonant que d'autres… Et ce n'est guère mieux au Parlement où Claude Bartolone et Jean-Pierre Bel dirigent les débats, seule la verte Barbara Pompilli est co-présidente d'un groupe parlementaire, il y a 5 présidentes de commissions parlementaires sur 15 en France… Oui, aujourd'hui encore, les femmes sont cantonées en seconde ligne, comme en 2006 quand Laurent Fabius se demandait qui de Ségolène Royal ou François Hollande allait garder les enfants ? A Lyon, à Nice, à Strasbourg, à Toulouse, le PS, l'UMP et l'UDI ont investi des hommes tête de liste pour les municipales, à Marseille et Montpellier, on verra après les primaires socialistes, à Lille Martine Aubry est l'exception qui confirme la règle… Dans les partis politiques, seule le Front National est dirigé par une femme… Oui, les grands partis de gouvernement ont une part de responsabilité, comme nous / les journalistes politiques… Les municipales à Paris ne sont-elles qu'un "combat de femmes" ? Anne Hidalgo, Nathalie Kosciusko-Morizet et Marielle de Sarnez ne sont-elles pas aussi, et avant tout, des femmes expérimentées et compétentes ? Pourquoi écrire dans L'Express "Anne Hidalgo est-elle à la hauteur" plutôt que "Anne Hidalgo peut-elle l'emporter" ? Pourquoi parle-t-on aussi facilement de Martine, Ségolène, Najat, Arlette ou Marine et moins de François, Jean-Marc, Nicolas et François, Arnaud et Manuel ? A quand des femmes à de vrais postes de responsabilité, à quand un homme ministre des droits des femmes ? Sans quoi, les caquètements continueront et la politique ressemblera à un combat de coqs…

Frédéric Métézeau

L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......