LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Ouverture des magasins le dimanche, le bazar dans tous les rayons par Frédéric Métézeau

2 min

L'ancien PDG de la RATP et de La Poste Jean-Paul Bailly remet son rapport sur le travail du dimanche dans le commerce au Premier Ministre, une question socialement et politiquement explosive, un débat aussi essentiel que l'école privée il y a 30 ans ou le mariage gay au début de cette année. Mais le travail du dimanche sort des clivages habituels. A gauche, en bons sociaux-démocrates, Jean-Marc Ayrault et Michel Sapin ne veulent pas tordre le bras aux syndicats et ne souhaitent donc pas trop d'assouplissements. En bonne caution de la gauche "tradi", Martine Aubry parle d'une "digue qui ne doit pas sauter". Mais d'autres voient les choses différemment et une fois de plus c'est Pierre Moscovici qui met les pieds dans le plat : après le ras-le-bol fiscal, le voilà qui demande "plus de liberté" pour le travail du dimanche. De son côté, Anne Hidalgo godille et propose de revoir la cartographie des zones d'ouverture. L'emploi vaut-il de renoncer à certains marqueurs idéologiques, politiques, moraux aussi puissants ? Telle est la question. On pourrait créer 20.000 emplois selon un rapport révélé par L'Opinion, la question est la même à droite où réapparait la fracture entre libéraux et héritiers de la démocratie-chrétienne. "Libérer les énergies", "assouplir", "soutenir l'activité" voilà ce que l'on entend chez les premiers ; "un temps de repos", "une journée pour soi et sa famille", "une pause dans la course à la consommation" voilà ce que l'on entend chez les seconds (comme chez les Verts d'ailleurs). Si elle assouplit encore le travail du dimanche, la gauche prend acte les critiques des libéraux sur le code du travail trop rigide, la France qui étouffe sous les réglementations et la France pays "anti-business". Pour la droite, c'est considérer qu'il n'y a plus d'espace réservé et préservé pour la famille. Pendant le débat sur le mariage gay, ses opposants à droite ont dénoncé son impact négatif sur l'essence de la Famille mais aujourd'hui, ceux qui défendent l'assouplissement du travail du dimanche ne réfléchissent pas à son impact concret sur son organisation. On peut parier que le rapport Bailly ne satisfera personne mais en attendant, quelques questions d'ordre général : le travail du dimanche favoriserait la consommation ? Mais si l'on a besoin d'acheter une perceuse le dimanche, pourquoi ne pas l'acheter le samedi ? Le volontariat sera-t-il toujours de mise si le dimanche devient un jour presque comme les autres ? Alors que les entrepreneurs dénoncent le coût du travail, pourquoi se battre pour étendre un jour de travail ou les salariés sont payés double ?

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......