LE DIRECT

Sarkozy : l'opération retour enterrée par Chavez

2 min

Il n’a pas pu s’en empêcher... Depuis le 6 mai dernier, 20 heures et une seconde, Nicolas Sarkozy travaille à son retour, ou plutôt à son maintien à l’Elysée puisque selon ses partisans sa défaite équivaut à une victoire. Pas d’événement à l’UMP, ou dans le pays, auquel il n’ait pris part, par des communiqués, ou des confidences de proches tellement proches que les proches étaient lui-même. Mais il gardait officiellement le silence. Et bien c’est fini. Ce 6 mars au matin l’homme qui devait se faire oublier a parlé à découvert, au magazine Valeurs Actuelles.

C’est à 23 heures 16, hier soir, qu’une dépêche AFP, sous embargo jusqu’à ce matin 7 heures, a informé les rédactions françaises de cet article, dans lequel l’ancien Président s’exprime entre guillemets. Le but était de prévenir les éditorialistes et les services politiques en amont, afin que cette révélation sensationnelle puisse s’étaler dans les radios et les télés.

Le thème du retour de Nicolas Sarkozy est entretenu depuis presque un an, que ce soit par « l’association des amis de Nicolas Sarkozy », c'est-à-dire par lui-même, ou par des interventions qui ponctuent la vie nationale ou celle de l’UMP. On se souvient du communiqué sur la Syrie, le 8 aout dernier, ou de sa participation à la bataille Copé-Fillon, un livre signé Bruno Jeudy et Carole Barjon sera d’ailleurs publié les jours prochains, il s’appelle « Le coup monté » et soutient la thèse d’une entente Copé Sarkozy pour abattre François Fillon.

L’événement n’est donc pas que Nicolas Sarkozy envisage de revenir, puisqu’il n’est jamais parti, mais qu’il le dise avec sa bouche.

Pourquoi le fait-il ? La réponse est claire : c’est que l’idée d’inventaire du précédant quinquennat gagne du terrain à l’UMP, et qu’elle est désormais portée par l’ancien Premier Ministre. Il s’agit donc de le contrer au moment où, précisément, les sondages sur le désir éprouvé par les électeurs de droite ne sont pas mirobolants pour l’ancien président, 54% à l’UMP, ce n’est pas un raz de marée.

Que dit M. Sarkozy à Valeurs Actuelles. En gros qu’il ne fait pas ce qu’il fait, et qu’il ne dit pas ce qu’il dit, puisqu’il dément préparer 2017, dont il lance la campagne en choisissant un hebdomadaire de Droite recommandé par Patrick Buisson, et affirme que la vie politique l’ennuie profondément, or il la suit minute par minute en téléphonant et en recevant à tour de bras des fournées d’élus, anciens ministres ou pas.

Résumé de ses propos : il a pris de la distance, il n’a pas envie de revenir mais, mais, mais… Mais il y est obligé : « Je serai obligé d’y aller. Pas par envie. Par devoir. Uniquement parce qu’il s’agit de la France… ».

C’est beau comme de l’antique. Un don de sa personne en somme, comme en son temps Hugo Chavez au Venezuela. Ce scoop aurait du faire l’événement, le buzz, sauf que pas de chance, le vrai Chavez est mort cette nuit, et c’est lui qui fait les titres..

L'équipe
Production
Journaliste
Avec la collaboration de

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......