LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Un séisme à Villeneuve sur Lot ?

2 min

La déconfiture du Parti socialiste est évidente à Villeneuve sur Lot où l’on votait pour élire le successeur de Jérôme Cahuzac à l’Assemblée. Mais autre chose se dessine, de plus lourd, et qui sort du schéma classique de l’alternance droite gauche. Si dimanche prochain les électeurs du Lot-et-Garonne votent comme l’ont fait au second tour les électeurs de l’Oise, il y a trois mois, nous entrerons dans une autre dimension. La dimension Front National.

Les résultats de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot
Les résultats de la législative partielle de Villeneuve-sur-Lot

Bien-sûr il y a l’effet Cahuzac lisible dans certains scores extravagants, comme ces 3,28% pour un « Parti d’en rire » en référence à Pierre Dac et Francis Blanche. Et François Hollande pouvait toujours dire, hier soir, que ce résultat est « une séquelle », l’explication est courte. C’est la huitième législative que le PS perd en huit élections. L’échec est donc national.

Il atteint toute le gauche. L’affaire Cahuzac n’a provoqué aucun transfert de voix à l’intérieur de la majorité. Le Front de gauche et les écologistes plafonnent à des niveaux très bas…

Jean-François Copé pouvait parler à juste titre de « Nouveau désaveu cinglant » pour François Hollande, le problème c’est que ni l’effet Cahuzac, ni le rejet de la majorité n’ont gonflé les voiles de l’opposition classique. Jean-Louis Coste, le candidat UMP, a gagné moins de deux points depuis un an, à peine un souffle malgré le climat national et la tempête locale.

Le gagnant du premier tour, incontestablement, c’est Etienne Bousquet-Cassagne, le candidat du Front National qui fait bondir le résultat de son Parti de 15,7% à plus de 26%, soit une hausse de 75%...

Et ce n’est peut-être pas fini. Le PS en a appelé au Front Républicain, c'est-à-dire à voter pour l’UMP. Il l’avait fait dans l’Oise, en mars dernier, mais le candidat Front National avait gagné 22 points entre les deux tours.

Ou bien c’était une particularité locale, ou bien c’était le symptôme d’un phénomène plus ample, et dans ce cas on le retrouvera dimanche prochain, comme l’espère Marine le Pen qui parlait de « vote historique ».

La montée d’un parti protestataire et nationaliste deviendrait alors irrésistible, comme un peu partout en Europe à des degrés divers. Jacques Delors mettait le PS en garde samedi, contre « des adversaires qui ne sont pas dans le débat démocratique », et il citait « le marasme économique et social », ainsi que « l’image d’une Europe punitive, extérieure aux peuples, un professeur vilain, sourcilleux, méchant par moment, qui dicte ce qu’il faut faire ».

Il est clair que le Front National capitalise sur ce sentiment là, plus que tous les autres, et qu’en ce sens l’élection du Lot nous renvoie à une autre époque. Bruxelles et Berlin, accrochés à leur austérité, font furieusement penser à la France du Traité de Versailles, en 1920, agrippée à des sanctions qui humiliaient alors l’Allemagne et les vaincus de 14-18…

On connaît hélas la suite…

L'équipe
Production
Avec la collaboration de
Journaliste
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......