LE DIRECT
salle des quatre colonnes

19 partout, égalité réelle.

2 min
À retrouver dans l'émission

Vive la parité !

salle des quatre colonnes
salle des quatre colonnes Crédits : Christophe Morin - Maxppp

C’est désormais une règle, que vous le vouliez ou non. On n’y déroge pas, on n’y déroge plus. La parité, entre les femmes et les hommes dans la vie publique, la vie politique : c’est sacré, et de ce principe, le nouveau gouvernement veut se faire le fier porte-étendard républicain. C’est dit, c’est souligné par l’Élysée depuis hier soir, et tout le monde l’a remarqué : sur 38 ministres ou sous-ministres, il y a désormais 19 femmes et 19 hommes.

Alors, je formule cette hypothèse ce matin : peut-être est-ce parce qu’il fallait un nombre pair de ministres, pour respecter cette règle, qu’a été créé un poste de secrétaire d’état à l’égalité réelle, confié à une femme ? : 19 partout, égalité réelle !

Quoi qu’il en soit, et pour redevenir sérieux, vous remarquez que dans les domaines régaliens, où on n’a pas forcément toujours la possibilité de plaisanter, où la légèreté n’a pas sa place, Jean-Yves Le Drian, Bernard Cazeneuve, Jean-Jacques Urvoas, et Jean-Marc Ayrault, s’occuperont des choses importantes, sous la virile, mais humaine, autorité de Manuel Valls et de François Hollande.

Mais au travail, à l'éducation, à la santé, à la culture, il y a des femmes

Oui, bien sûr : 19 partout. Mais notez par ailleurs qu’il existait, au début du quinquennat de François Hollande, en 2012, un ministère du droit des femmes, de plein exercice, avec à sa tête Najat Vallaud-Belkacem. Alors on peut discuter de ce qu’il reste du bilan de ce ministère, mais remarquez que cette compétence, dont on comprend bien l’importance, dans tous les secteurs et à tous les étages de la société, a été, au fil du temps, transférée à un secrétariat d’état rattaché aux affaires sociales, pour se retrouver, aujourd’hui, adjointe au ministère de la famille et de l’enfance.

C’est Laurence Rossignol qui est en effet depuis hier soir : “ministre de la famille, de l’enfance et du droit des femmes”. Alors vous avez peut-être déjà entendu les cris des féministes. Qui y voient une faute lourde, plutôt qu’une simple maladresse. Le signe d’un recul, certes symbolique, mais important, du gouvernement sur cette question, même si l'engagement de Laurence Rossignol sur ces questions n'est pas mis en doute.

Mais pourquoi diable lier les droits des femmes aux questions de la famille et des enfants ? Est-ce pour "enfermer les femmes dans le rôle stéréotypé qui leur est assigné depuis des siècles, celui d'épouse et de mère ?", se demandent dans un communiqué la présidente du Haut Conseil à l'égalité, la cheffe de la délégation des droits des femmes au Sénat, et celle du Conseil Economique Social et Environnemental.

En attendant d’avoir la réponse, fusent quelques propositions, sur Twitter depuis hier soir, je vous en donne une : pourquoi ne pas créer un “Ministère de la famille, des gosses, de la cuisine, du devoir conjugal, du ménage, des tampons et du droit des femmes" ?

Chroniques

8H18
22 min

L'Invité(e) des Matins (2ème partie)

Que peut encore l’humanitaire ? (deuxième partie)
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......