LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
30 janvier 2003, à Argenteuil : Robert Hue, président du Parti communiste et candidat à l'élection législative partielle dans la 5e circonscription du Val d'Oise, applaudit un intervenant lors d'une réunion électorale

Au Parti communiste, la nostalgie de la "ceinture rouge"

4 min
À retrouver dans l'émission

La Caravane de la présidentielle fait étape ce matin à Argenteuil (Val d'Oise). La ville a longtemps été communiste. Un "boulevard Karl-Marx" rappelle cette époque de la "ceinture rouge". Pour les prochaines législatives, le PCF se prend à espérer une reconquête dans ces territoires.

30 janvier 2003, à Argenteuil : Robert Hue, président du Parti communiste et candidat à l'élection législative partielle dans la 5e circonscription du Val d'Oise, applaudit un intervenant lors d'une réunion électorale
30 janvier 2003, à Argenteuil : Robert Hue, président du Parti communiste et candidat à l'élection législative partielle dans la 5e circonscription du Val d'Oise, applaudit un intervenant lors d'une réunion électorale Crédits : Martin Bureau - AFP

A quelques rues d'ici, il y a moins de quinze ans, le boulevard du général Leclerc s'appelait le boulevard Lénine. Un peu plus loin, l'esplanade de l'Europe a remplacé l'esplanade Maurice-Thorez. L'avenue Marcel-Cachin est devenue l'avenue Maurice-Utrillo. Tout juste reste-t-il le boulevard Karl-Marx pour rappeler qu'Argenteuil (plus grande ville du Val d'Oise, au Nord-Ouest de Paris), fut communiste de l'après-guerre jusqu'au début des années 2000. Cette municipalité faisait partie de la "ceinture rouge", qui entourait Paris.

Au fil du temps, cette ceinture rouge a compté de plus en plus de trous. Y compris dans la place forte du PCF, en Seine-Saint-Denis, où les municipalités sont tombées les unes après les autres. Jusqu'au basculement historique du département en faveur des socialistes en 2008.

Mais le PCF espère avoir mangé son pain noir. La reconquête d'Aubervilliers, en 2014, a redonné de l'espoir à ceux qui ne connaissaient de victoire communiste que dans les archives de l'INA.

Les législatives arriveront vite, dans moins de trois mois. Quelle recomposition ? Sur fond de débâcle du parti socialiste, lesté par l'impopularité du pouvoir national, le Parti communiste se prend à espérer. Pas vraiment pour Argenteuil : le territoire oscille entre PS et LR. On est loin du temps où Robert Hue était le député PCF local. (Robert Hue lui-même est aussi loin de ce temps, puisqu'il est désormais rallié à Emmanuel Macron, mais c'est une autre histoire).

En revanche, d'autres circonscriptions aiguisent les appétits de manière plus réaliste : celle d'Ivry, dans le dernier département de métropole dirigé par un communiste, le Val de Marne. Le député sortant est un chevénementiste allié au PS.

Le PCF vise aussi Gennevilliers et Saint-Denis, toutes deux détenues par des socialistes. Pour le coup, la seule dénonciation des "affreux-sociaux-libéraux qui nous gouvernent" ne suffira pas. Les élus de ces deux circonscriptions, Alexis Bachelay et Matthieu Hanotin, sont sur la ligne Benoît Hamon. Dans leurs désirs les plus fous, les successeurs de Georges Marchais se verraient bien gagner ces circonscriptions et conserver celles de Nanterre et du Blanc-Mesnil, où est élue Marie-Georges Buffet.

Présenté comme ça, ça semble facile. Dans ces circonscriptions populaires d'île de France - où les scores FN sont encore bas, bien qu'en augmentation - il suffirait de jouer "la vraie gauche de gauche" contre un pouvoir qui s'est égaré. Trop simple, évidemment. D'abord parce que les candidats communistes n'auront pas le monopole de l'alternative à gauche. Il faudra aussi compter avec les candidats mélenchonistes : la France insoumise a déjà placé en orbite ses prétendants, y compris face aux communistes.

Illustration à Montreuil, tout près de Paris. Face au député sortant PS Razzy Hamadi, on compte pour l'heure un candidat Front de gauche, un dissident communiste, un écologiste et surtout un candidat de la France insoumise, le mélenchoniste Alexis Corbière. Qui acceptera de se retirer, entre les communistes, parti historique, et la France insoumise, mouvement dynamique ? Compliqué...

Ajoutons à cela que la législative est une élection particulière en cela qu'elle prend en compte l'abstention. Pour se qualifier au 2ème tour, il faut 12,5% des... inscrits (c'est à dire de tous ceux qui sont sur les listes électorales). Par conséquent, plus l'abstention est forte, ce qui est souvent le cas dans ces départements de la petite couronne parisienne, plus ce seuil de qualification est difficile à atteindre au second tour.

En réalité, ce qui se joue va bien au-delà de quelques circonscriptions qui pourrait virer du rose au rouge. Le groupe communiste à l'Assemblée nationale est en sursis, tout juste au dessus du seuil de 15 élus. Faute de succès électoraux en juin prochain, il pourrait disparaître.

Les législatives représentent aussi l'une des mannes importantes pour les partis politiques, qui touchent (pour simplifier) 1 euro 60 par voix obtenue.

Voilà donc pourquoi le PCF a des bouffées de nostalgie pour la ceinture rouge. Et même de secrets espoirs pour les prochains scrutins. Avec l'idée folle de pouvoir rebaptiser de son sceau quelques avenues, pourquoi pas quelques boulevards... et non pas seulement des impasses.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Chroniques
8H19
18 min
L'Invité(e) des Matins (2ème partie)
Matinale politique avec Gilbert Collard, soutien de Marine Le Pen (2ème partie)
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......