LE DIRECT
Des militants Les Républicains à la "fête de la violette", organisée par le vice-président du parti, Guillaume Peltier, le 30 septembre 2017.

Eloge du militant LR

3 min
À retrouver dans l'émission

Depuis une décennie, militer au sein de l'UMP puis de Les Républicains tient du chemin de croix.

Des militants Les Républicains à la "fête de la violette", organisée par le vice-président du parti, Guillaume Peltier, le 30 septembre 2017.
Des militants Les Républicains à la "fête de la violette", organisée par le vice-président du parti, Guillaume Peltier, le 30 septembre 2017. Crédits : Guillaume Souvant - AFP

Les militants LR : qu'ont-ils commis dans une vie antérieure pour mériter cela ? Qu'ont-ils fait, pour subir de tels châtiments ? 

Certes, le militantisme politique est ardu quelle que soit la couleur du parti : c'est un engagement chronophage, parfois ingrat, souvent difficile.  

Encore plus par les temps qui courent, avec la défiance qui heurte les mouvements politiques. Rappelons à cet égard que près d'un électeur sur deux ne s'est pas déplacé dimanche dernier. Si l'abstention est en baisse, elle reste tout de même très massive. 

Mais du côté des membres du parti Les Républicains, l'engagement ressemble à un chemin de croix.  

Les 8% récoltés pour ces européennes n'en sont qu'une des étapes (douloureuses).  

Retournons-nous vers la décennie politique qui vient de s'écouler et résumons : 

- Dans ce laps de temps, le parti a perdu deux présidentielles.

- Il a subi une guerre interne, la bataille Copé-Fillon en novembre 2012.

- Puis une primaire violente en 2016.

- Des mises en causes et des mises en examen des plus hauts dirigeants.

- Et si c'est la division qui l'a emporté, les militant eux, se sont retrouvés avec l'addition. La note. La douloureuse. Ils ont été invités à mettre la main à la poche pour renflouer le parti. Ce qu'on a appelé le « Sarkothon ».  

Résilience ou masochisme ?

Voilà pourquoi il est intéressant de s'interroger sur la ténacité des militants LR. Que l'on peut qualifier, au choix, de résilience ou de masochisme.  

C'est d'ailleurs cette ténacité qui a sans doute aveuglé les cadres du parti ainsi que certains commentateurs : dans cette campagne des européennes, les salles de meeting étaient pleines, garnies et enthousiastes.  

Mais le thermomètre du sympathisant LR ne dit rien de la température du corps électoral.  

Sur le plan idéologique, le parti Les républicains s'est trouvée pris en étau. Entre La République en marche qui a multiplié les signaux vers la droite (loi anti-casseurs et suppression de l'ISF)... et un Rassemblement national qui tente de gommer toutes ses aspérités, y compris la volonté de sortir de l'euro, qui rebutait encore une partie de l'électorat.  

Le mouvement Les Républicains se trouve donc coincé, vidé, épuisé de contre-attaquer sur deux fronts à la fois.  

Peut-être est-ce la fin d'une belle mécanique électorale, bâtie sous le choc du 21 avril 2002 : l'UMP, qui réunissait des centristes aux souverainistes. Des libéraux aux gaullistes. Des chrétiens-démocrates aux sécuritaires.  

Une machine à gagner les élections plutôt qu'à produire un corpus d'idées.  

Tous ces blocs idéologiques, à l'époque, ont été scellé par le ciment de la victoire.  

Ils sont en train de se détacher sous le choc de la défaite. 

Frédéric Says

Chroniques

8H19
47 min

L'Invité(e) des Matins

Droits des femmes : un recul mondial ?
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......