LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Jean-Luc Mélenchon à Brest, le 28 février 2017.

Et si l’on essayait de comprendre le raisonnement de Jean-Luc Mélenchon ?

2 min
À retrouver dans l'émission

Après une déclaration confuse, le soir du premier tour, le candidat de la France insoumise a tenté hier d'éclaircir sa position.

Jean-Luc Mélenchon à Brest, le 28 février 2017.
Jean-Luc Mélenchon à Brest, le 28 février 2017. Crédits : Martin Bertrand - AFP

Et si l’on essayait de comprendre le raisonnement de Jean-Luc Mélenchon ? Évidemment, à première vue, c’est compliqué : qui est donc cet homme qui a choisi sans hésiter Hollande face à Sarkozy, et qui ne parvient pas à trancher entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen ? Ajoutons à cela le désastre de sa première prise de parole, le dimanche soir du premier tour. Le candidat de la France insoumise, le visage accablé de colère, semblait accuser à demi-mot la presse de falsifier les résultats :

"Le résultat annoncé depuis le début de la soirée (...) ne sera pas le bon. En effet le ministère de l'Intérieur a réservé sa déclaration jusqu'à ce soir minuit. Bien sûr, d'ici là, oligarques et médiacrates jubilent..."

Ce discours, a posteriori, tenait plus du réflexe que de la réflexion. Ou pour le dire autrement, la moelle épinière fut davantage sollicitée que le cortex dans cette affaire. Mais une fois cela posé, on peut aussi prendre la chose sous un angle différent.

C'est à dire ?

Tentons de nous abstraire de la tyrannie de l'instant, de la réaction-minute, de l'ultra-court terme, pour nous projeter dans les cinq ans qui viennent.

Imaginons qu’Emmanuel Macron soit élu. Imaginons encore - audace suprême ! - que son mandat ne soit pas une réussite absolue. Imaginons, même, que le chômage ne baisse pas sensiblement, que l’insécurité ne recule pas drastiquement, que le terrorisme ne soit jugulé durablement. Après tout, la loi des séries - et la jurisprudence des mandats précédents - nous autorisent à ne pas exclure tout à fait cette hypothèse...

Que se passerait-il alors, si Jean-Luc Mélenchon avait ouvertement appelé à voter Macron ? Il serait rangé dans le camp de ceux qui l’ont porté au pouvoir. Dans la masse de ceux qui sont donc, par capillarité, co-responsables de son échec. Plus grave, la seule vraie opposition (et donc la seule vraie alternative) serait alors celle du Front national. Dès lors, à moyen terme, est-il vraiment de l’intérêt de la vie démocratique que Jean-Luc Mélenchon se range derrière Emmanuel Macron ?

Hier soir sur TF1, le leader de la France insoumise a dissipé l’impression malsaine de sa première prise de parole : "pas une voix pour le Front national", a-t-il conjuré ; effaçant du même coup tout "ni-ni", tout renvoi dos à dos du macronisme et du lepenisme. Doit-il vraiment aller plus loin ?

Avant le premier tour, beaucoup ont raillé la coalition hétéroclite autour d'Emmanuel Macron, d’Alain Madelin à Robert Hue. Les mêmes demandent aujourd’hui une unanimité parfaite, de l’extrême-gauche à Christian Estrosi, pour soutenir le candidat En Marche... Ne voient-ils pas que cette alliage porte en lui le risque d'une cohérence contestable aujourd’hui, d’une efficacité douteuse demain, et d'un bienfait incertain après-demain ?

Chroniques
8H19
24 min
L'Invité(e) des Matins (2ème partie)
Qui aura les voix de Jeanne d’Arc ? (2ème partie)
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......