LE DIRECT
Une direction collégiale assure l'interim jusqu'au congrès d'Aubervilliers, début avril 2018.

Etat des lieux des partis politiques - le Parti socialiste

3 min
À retrouver dans l'émission

Toute la semaine, le Billet politique dresse un état des lieux des principales formations politiques. Ce matin, le Parti socialiste.

Une direction collégiale assure l'interim jusqu'au congrès d'Aubervilliers, début avril 2018.
Une direction collégiale assure l'interim jusqu'au congrès d'Aubervilliers, début avril 2018. Crédits : Stéphane de Sakutin - AFP

On ne reconnaît plus les congrès du PS. Traditionnellement, il y avait un trop-plein de candidats, des batailles impitoyables entre les courants, des affrontements à l'applaudimètre à l'université d'été de la Rochelle... Voici un reportage de TF1 en 2005. [extrait sonore].
Si les rivalités n'ont pas disparu, l'ambiance a bien changé. Le rôle de chef du PS ne suscite plus les vocations. Les candidats potentiels s'agitent mollement, tâtent le terrain, consultent, sans trop s'avancer. Stéphane Le Foll a lancé des pistes de réflexion, sans présenter pour l'instant sa candidature.  [extrait sonore].
L'ancien ministre de l'Agriculture, très proche de François Hollande, se voit en gardien de la vieille maison, en repère rassurant, alors que tout fout le camp. Même l'emblématique siège du PS rue de Solférino, a été vendu en cette fin d'année : 45 millions d'euros à un groupe immobilier français. Mais Stéphane Le Foll peut-il incarner le renouvellement, face à un président tout juste quadragénaire, tout comme Laurent Wauquiez, son opposant de droite ? François Hollande a d'ailleurs laissé filtré sa préférence pour une autre candidature. Celle de Najat Vallaud-Belkacem.
L'ancienne ministre de l’Éducation nationale, battue aux législatives en juin dernier, est pour l'instant très discrète. Seule exception : une interview donnée au Nouveau magazine littéraire, dans laquelle elle regrette un PS "embourgeoisé, endormi". Elle plaide pour une "refondation en profondeur de la social-démocratie". Najat Vallaud-Belkacem réunit régulièrement des cadres du PS pour les consulter, mais reste mystérieuse.
L'aile gauche du Parti ne s'est pas non plus prononcée pour l'instant. Une partie de cette sensibilité est partie avec Benoît Hamon, qui a fondé son propre mouvement. Emmanuel Maurel, l'une des figures de l'aile gauche, n'a pas encore fait connaître sa décision.
Seul un candidat s'est déclaré officiellement : le député Luc Carvounas, ancien très proche de Manuel Valls, qui a depuis pris ses distances.  [extrait sonore]
Si le poste de Premier secrétaire ne fait pas rêver, c'est qu'il tient plus du chef de chantier que du décorateur d'intérieur : tout est à reconstruire, le parti ne compte plus que quelques dizaines de milliers de militants actifs, et il peine à trouver sa ligne, entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon - à l'image d'ailleurs de la plupart des partis sociaux-démocrates en Europe.  Voilà donc l'enjeu du congrès à Aubervilliers début avril : le parti est en danger de mort, rien de moins. Qui aurait cru entendre cette phrase, il y a quelques années, dans l'effervescence des joutes militantes de la Rochelle ?

Frédéric Says

Chroniques

8H19
26 min

L'Invité des Matins (2ème partie)

2018 : en saurons-nous plus sur l’invisible ? (2ème partie)
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......