LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Eric Zemmour, le 17 septembre 2021.

Faut-il débattre avec Eric Zemmour ?

4 min
À retrouver dans l'émission

Le choix de Jean-Luc Mélenchon, qui affrontera ce soir le polémiste dans un duel télévisé, suscite la controverse.

Eric Zemmour, le 17 septembre 2021.
Eric Zemmour, le 17 septembre 2021. Crédits : Nicolas Tucat - AFP

L'atmosphère éruptive qui entoure déjà cette confrontation évoque un combat de gladiateurs, version 2021, dans l’arène médiatique. 

BFM TV, qui accueille la rencontre, annonce déjà la couleur avec sa bande-annonce : 

Musique galvanisante, tragique, héroïsante... tout est fait pour suggérer le choc, la joute, le combat de boxe.

Combat de boxe ? Marine Le Pen y voit plutôt, elle, un combat de catch. Une chorégraphie arrangée à l’avance pour ne faire de mal à personne et garantir le spectacle. 

“L’un se drapera en représentant de la République, dit-elle, l’autre en défenseur de la France” : tout cela est écrit d’avance, regrette la dirigeante du Rassemblement national. 

Derrière cette accusation, il y a une double raison : d’abord, Marine Le Pen refuse de débattre avec Jean-Luc Mélenchon. Même quand il est face à elle, comme ici en 2012 sur le plateau de France 2 [extrait sonore]. Comme un refus d’obstacle. 

Et puis il y a le reproche tactique. Entre les lignes, Marine Le Pen accuse Jean-Luc Mélenchon de vouloir faire monter Eric Zemmour, pour enlever des voix au Rassemblement national… Or, si Marine Le Pen baisse, le seuil de qualification au deuxième tour sera plus facile à atteindre pour Jean-Luc Mélenchon. 

Mais au-delà de ces critiques du RN, le chef de file des Insoumis a surtout subi des reproches venus de la gauche. 

Par exemple, le sociologue Didier Eribon se dit “ulcéré" par ce débat qui reconnaît un "idéologue fasciste comme un interlocuteur légitime”.

A l’Assemblée nationale, le Parti socialiste dénonce cette joute télévisée, par la voix de sa députée Lamia El Aaraje : 

"Les dérives extrémistes s'insinuent dangereusement dans tous les foyers, dans toutes les têtes. Sur nombre de canaux TV, allant jusqu'à des débats télévisés à des heures de grande écoute. Comme ce jeudi soir. Je regrette et dénonce que la tentation médiatique soit plus forte que la digue, le rempart républicain”. 

Alors faut-il y aller ou pas ? Ces reproches peuvent s’entendre, et il est difficile d'apporter une réponse tranchée. Mais le choix de Jean-Luc Mélenchon est tout de même porté par plusieurs arguments. 

D’abord, l’interdiction morale de débattre avec l’extrême-droite n’a pas montré son efficacité. Dans les années 80, presque personne n’acceptait de se confronter avec Jean-Marie Le Pen (à l’exception toutefois de Bernard Tapie [extrait sonore]). Ce qui a eu pour effet de laisser monologuer le dirigeant du Front national : on a vu le résultat. 

Observons par ailleurs que cette interdiction morale est fluctuante avec le temps. 

En 2002, Jacques Chirac est largement approuvé dans sa décision de boycotter le duel d’entre deux tours face à Jean-Marie Le Pen.

Mais en 2017, Emmanuel Macron l’accepte face à Marine Le Pen, et ça n’a pas déclenché de polémique enflammée. Il n'est d'ailleurs pas certain que cet exercice ait "légitimé" la prétendante du RN, au vu du souvenir cuisant qu'elle en conserve...

Bulle

Par ailleurs, Jean-Luc Mélenchon ne "crée" pas Eric Zemmour. Ce dernier a déjà une existence politique, dans les médias bien sûr, mais aussi par ses livres et par les réseaux sociaux. 

N’est-ce pas favoriser le Zemmourisme que de le laisser dans sa bulle, avec ses partisans et ses thèses, au lieu de percer à jour ses contradictions et ses impasses ?

Bien sûr, l’exercice est risqué. 

Mais le refuser, n’est-ce pas masquer sa peur en la déguisant en courage ? N’est-ce pas masquer son désarroi en le parant de vertu ? 

Frédéric Says

L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......