LE DIRECT
...

Florent Latrive : "Facebook estime que c’est aux électeurs de trancher"

4 min
À retrouver dans l'émission

Chaque matin, Frédéric Says et ses invités explorent les événements politiques à venir en 2020. Ce matin : les réseaux sociaux ont-ils pris conscience de leur puissance politique ? Nous en parlons avec Florent Latrive, le délégué au numérique de France Culture.

...
... Crédits : Getty

Les réseaux sociaux ont-ils pris conscience de leur pouvoir politique ? Twitter a récemment annoncé ne plus accepter de publicités à caractère politique sur sa plateforme, comprenons, des publicités ciblées qui s'adressent précisément aux utilisateurs selon leur profil, leurs goûts voire même les messages qu'ils ont échangés, etc.

Pour Florent Latrive, délégué au numérique de France Culture, la décision n'est pas surprenante, la période est marquée "par un contexte américain, la loi française étant assez différente. On l'a vu récemment avec les nombreuses "Fake news" propagées par le camp républicain, de Donald Trump, notamment avec un montage sur Joe Biden, principal candidat démocrate opposant, dans lequel il essayait de corrompre le président ukrainien. Cette publication, complètement fausse, était présentée comme une publicité politique allant cibler des personnes susceptibles de changer d'avis. La puissance de ces messages, éloignée du côté publicitaire au sens premier de 'rendre public une information', montre bien que l'on est souvent à la limite de la manipulation. Ce qui a poussé Jack Dorsey, le patron de Twitter a dire 'STOP, on n'est pas dans le cadre de la liberté d'expression'."

Du côté de Facebook, la décision est plus complexe, si le réseau social a pris des dispositions, notamment après l'augmentation des "Fake news" sur sa plateforme depuis la dernière campagne présidentielle aux États-Unis, Mark Zuckerberg, patron du réseau social se veut plus prudent. 

Comme le rappelle Florent Latrive, le patron de Facebook s'en tient au fameux "Free speech", la liberté d'expression chère aux Américains. Dans un récent discours à l'université de Georgetown, Zuckerberg a affirmé son intention "de ne pas contrôler le contenu des publicités politiques, contrairement à ce qui est fait sur les autres contenus, par exemple des publicités pour les lessives". En l’occurrence pour la publicité politique, la position de Facebook est claire : 'Ce n'est pas à nous de juger, c'est aux électeurs'."

Florent Latrive : "Facebook estime que c’est aux électeurs de trancher"

Le débat est donc ouvert, au-delà même des réseaux sociaux et de la liberté d'expression sur Internet, cela pose la question de la limite : "qu'est-ce qu'une publicité politique ?" 

À partir du moment où un parti achète officiellement un espace publicitaire dans le but de cibler des gens, on est dans une publicité politique. Mais qu'en est-il d'un message d'un comité de soutien, d'un think tank, d'une ONG qui militerait sur tel ou tel point, d'un lobby ou d'un gouvernement ? On a vu récemment le gouvernement français proposer des publicités en faveur de la réforme des retraites, c'est évidemment un message politique.
Florent Latrive

On comprend bien que dans cette affaire, les frontières restent floues, d'autant plus puisqu’il s'agit de prendre une décision à l'échelle internationale. Tout est bel et bien politique.  

Chroniques

8H19
17 min

L'Invité des Matins

La République islamique d'Iran est-elle en danger ?
Intervenants
  • Journaliste, directeur délégué au numérique de France Culture
L'équipe
Production

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......