LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
"Johannique" festivities in Orleans

François Hollande entend-il des voix ?

2 min
À retrouver dans l'émission

Ça arrive toujours quand on ne s'y attend pas.

"Johannique" festivities in Orleans
"Johannique" festivities in Orleans Crédits : Vincent Isore - Maxppp

Il faut savoir écouter les petites voix qui nous parlent, et qui, parfois, nous montrent le chemin. Celle, qui, venue d’Orléans hier, a de nouveau résonné, sans doute assez fort, dans la tête de François Hollande, nécessite interprétation, autant qu’elle mérite attention.

Qu’a-t-elle dit, hier, cette petite voix, obsédante, outre qu’on n’est pas seulement là “pour vivre”, mais aussi parfois “pour tenter l’impossible”, comme a su le faire Jeanne d’Arc en son temps ? Quand les circonstances l’exigent, “quand l’histoire vient frapper à notre porte” a dit la voix, il faut savoir faire preuve d’audace, ne pas se laisser enfermer, par ceux qui pourraient nous trahir, en ne nous méritant pas. Qu’il faut parfois aussi “fendre le système” pour “rassembler le pays”.

Quelle belle leçon d’indépendance, et de courage ! Quel joli petit air, entonné par cette voix, dont on ne sait pas trop d’où elle vient, et qui ne se veut... ni de droite... ni de gauche.

Bien sûr, elle revendique aussi quelques valeurs, c’est d’ailleurs comme ça qu’elle entend se distinguer de la “geste vallsienne” : il faut réconcilier “les France”, a-t-elle dit hier, évoquant la diversité des origines, et puis elle a parlé des migrants : on se souvient d’ailleurs qu’il n’y a pas si longtemps, elle avait critiqué le discours du Premier Ministre à Munich, sur la question des réfugiés. Elle aime bien, cette voix, faire entendre ses accents originaux.

Pour le reste, elle ne s’est pas montré, hier, beaucoup plus explicite que d’habitude quant à l'idéologie politique qu’elle entend porter. Elle n’a pas renié ses couplets libéraux bien connus. Elle n’a pas non plus voulu rester tout à fait silencieuse sur les questions sociales, et a consciencieusement travaillé ses refrains sur la République. Elle dont la critique sur l'épisode de la déchéance de nationalité est toujours dans les mémoires.

Sortira-t-elle un jour de cette ambiguïté ? Il n’en est pas du tout certain : que ne l’aurait-elle déjà fait sinon ? Et à quoi bon après tout, trop clarifier, s’il s’agit de rejoindre à terme, le hollandisme ? Car du hollandisme, elle n’est, ça apparaît de plus en plus clairement, que la version jeune, téméraire, fougueuse, et surtout assumée. Après tout, c’est cette voix qui portait conseil sur les questions économiques à l’Élysée il y a encore quelques mois. Rocardienne du 21ème siècle, elle sonne sans doute très agréablement aux oreilles de l’ancien militant “transcourant” au PS, devenu Président de la République.

À celui-ci, la voix a dit hier que pour réussir “l’impossible”, il faudra tout oser, tout tenter, et aussi, peut-être, raconter une histoire, livrer un récit, s’inscrire dans la mythologie nationale.

À défaut, quoi qu’on en dire, de pouvoir parler seulement pour elle, cette petite voix se prépare, pour l'année qui vient, à donner du souffle à... la chanson de François Hollande.

Chroniques
8H18
26 min
L'Invité(e) des Matins (2ème partie)
Jacques Toubon : les droits à l'épreuve de la realpolitik ? (deuxième partie)
L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......