LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Hier devant les préfets, Emmanuel Macron a appelé "publiquement" les propriétaires à baisser les loyers de 5 euros à partir du 1er octobre.

"J'appelle publiquement les propriétaires à baisser les loyers de 5 euros"... Et après ?

3 min
À retrouver dans l'émission

Comment interpréter cette déclaration d'Emmanuel Macron ?

Hier devant les préfets, Emmanuel Macron a appelé "publiquement" les propriétaires à baisser les loyers de 5 euros à partir du 1er octobre.
Hier devant les préfets, Emmanuel Macron a appelé "publiquement" les propriétaires à baisser les loyers de 5 euros à partir du 1er octobre. Crédits : Philippe Huguen - AFP

Immédiatement, la phrase a été abondamment moquée. Elle ressemble, il est vrai, à un moment d'égarement ou de grande naïveté. Il me semble néanmoins que l'épisode en dit un peu plus long que cela.

On peut d'abord y voir la manifestation d'une certaine impuissance. Emmanuel Macron, politiquement démuni pour aider les plus démunis, n'a d'autres choix que d'implorer les propriétaires. Faute de mieux, une pensée magique, qui emprunterait à la fois à la méthode Coué et aux albums de Martine : "les loyers vont baisser puisque je le demande". Mais cette explication, même si elle est tentante, n'est pas suffisante.

On peut aussi y voir un épisode révélateur sur le plan idéologique. Emmanuel Macron ayant abandonné toute idée de réduire les inégalités par la coercition politique (autrement dit par le contribuable), il en appelle à la charité, à la volonté individuelle.

La charité (facultative) au détriment de la solidarité (obligatoire) : une vision à l'américaine, où les plus grandes fortunes sont relativement peu taxées, mais se rattrapent par la philanthropie. Récemment, Bill Gates a ainsi offert 4,6 milliards de dollars à sa fondation. Il y a dans cette phrase d'Emmanuel Macron un embryon de cette conception de la société : la politique façon « à votre bon cœur ».

Mais ce serait là encore caricatural : les dépenses sociales de la France restent largement au-dessus des pays comparables, et le RSA ou l'allocation adultes handicapées sont par ailleurs revalorisés.

Il y a une troisième interprétation à cet appel aux propriétaires... En les pointant du doigt, Emmanuel Macron dilue sa propre responsabilité politique dans la baisse des allocations logement. Autrement dit, si le niveau de vie des allocataires des APL diminue, ce ne sera uniquement de sa faute, mais aussi de celle des méchants propriétaires, qui refusent "la responsabilité collective".

D'ailleurs, le président ne dit pas : « j'ai décidé », il dit « j'appelle publiquement » ; on discerne ici un modèle de société où il n'y a pas d'un côté le peuple et ses dirigeants, mais une multitude d'acteurs individuels et responsabilisés. Chacun d'entre nous, qui décidons par nos actes quotidiens de la physionomie de notre société, façon John F. Kennedy.

"Ask not what your country can do for you, ask what you can do for your country" ("Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais ce que vous pouvez faire pour votre pays"), le 20 janvier 1961

Cette demande de baisse de 5 euros du loyer est donc d'être une digression anodine. Il s'agit au contraire d'un moment idéologique révélateur. C'est une vision cohérente avec celle délivrée par la réforme du code du travail : pour résumer, la loi n'est là que pour poser un cadre général, c'est ensuite aux acteurs de négocier entre eux. Qu'importe que le rapport de force soit déséquilibré, entre dirigeants et salariés, ou entre propriétaires et locataires.

Frédéric Says

Chroniques
8H19
24 min
L'Invité(e) des Matins (2ème partie)
Les élus locaux pourront-ils faire plus avec moins ? (2ème partie)
L'équipe
Production
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......